Partagez | 
 

 FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 22:04



  • WHY ME ? WHY NOW ?

Nom : Conroy.
Prénom(s) : Faren, Eliott.
Age : 24 ans.
Lieu de naissance : Ici-même à San Antonio.
Occupation : Technicien expert dans un garage. Faren a toujours été un as de la débrouille, un bricoleur passionné de mécanique. Son titre ne lui sert que pour le salaire, il préfère avoir les mains dans le cambouis plutôt que de diagnostiquer des pannes. Sa passion: la moto.
Logement : Il a un petit appartement où il vit seul.


  • THROUGH YOUR DEFENSES

Vie Sociale : La règle numéro un pour avoir une vie sociale, c'est d'avoir un minimum confiance en la nature humaine, voir pour faire moins compliqué, en les gens tout court. Pour avoir envie de leur parler, de tisser des liens avec eux, il faut y voir un intérêt. Si personne dans votre vie ne vous à donné envie/appris à aller vers les autres, ce n'est pas un instinct croyez-moi. Encore plus quand vous êtes juste de nature silencieuse. Faren n'ayant jamais connu ses parents, décédés trop jeunes dans un accident de voiture - une raison aussi conne, une mort aussi inutile - il n'a jamais fréquenté que sa tante. Pas de frères et sœurs, pas de cousins cousines. Les p'tits copains à l'école, ça comprend pas la douleur d'un orphelin de sept ans. Alors Faren, les gens, il s'en fou un peu. S'ils viennent lui parler, il s'en sortira par un silence que les gens prendront mal, et ils s'en iront vexés en marmonnant quelque sermon sur l'impolitesse. Et puis il y a ceux qui s'accrochent. Par curiosité, par défis, par ennui, qu'importe, il y en a toujours qui veulent percer le mur. Vous en connaissez sûrement. Faren aussi. Ceux-là valent vraiment le coup. Ils n'hésitent pas à dire à Faren de fermer sa gueule, ou au contraire de l’ouvrir un peu plus, sa gueule. En bref, Faren Conroy, il faut juste s'accrocher et persévérer un peu, et puis vous verrez bien par la suite.

Capacités : Le pouvoir du fainéant, voilà comment on pourrait appeler celui de Faren. Franchement, la télékinésie, c’est simplement pouvoir faire bouger n’importe quoi sans lever le petit doigt non? Et puis c’est un peu ironique pour quelqu’un d’aussi manuel que le jeune homme… Du moins, Faren pense qu’il pratique la télékinésie. Parce que pour l’instant, tout ce qu’il sait faire, c’est exploser des trucs. Le jour où c’est arrivé pour la première fois, il a complètement flippé. Il a fini par comprendre que c’était lui qui avait fait explosé ce moteur. Alors qu’il pensait être une machine à destruction sur pattes, à cause de ce pouvoir incontrôlable, il s’est finalement rendu compte qu’il pouvait juste déplacer les objets sans forcément les éclater en morceau. Son pouvoir est pour l’instant totalement instable: au lieu de déplacer les molécules des objets, il les agite entre elles, ce qui génère ces explosions. Il est donc limité aux tout petits objets. Mais il évite de se servir de son pouvoir par peur de faire du mal, si la chose implose ou lieu de se déplacer… c’est plutôt son pouvoir qui s’utilise contre sa volonté: quand Faren est frustré ou en colère, des choses diverses et variées sont susceptibles de voler en éclats.

Nouveau Héros ? Pour être un héros, il faudrait déjà utiliser ses pouvoirs… Ce qui est difficile quand vous en avez peur. Non je vous assure, faire exploser des trucs alors que vous les utilisez, ou pire quand vous faites voler en morceaux une vitre lorsque vous vous engueulez avec quelqu’un , c’est dangereux et ça craint. Surtout pour quelqu’un comme Faren qui aime être discret. Il trouve que son pouvoir ne colle pas du tout avec son tempérament (du moins cette première étape de pouvoir encore incontrôlé, la télékinésie en soi n’est pas dangereuse) et fait une sorte de ‘rejet’. Quand vous vous êtes senti anormal, en marge toute votre vie, avoir un tel poids sur les épaules n’aide pas du tout… Faren a peur de blesser et de faire mauvais usage de son pouvoir. A choisir, bien sûr, il ferait le bien et non le mal. Mais cet être silencieux voir parfois égoïste n’a pas du tout des aspirations d’héroïsme ou autre connerie. Il préfère de loin sa vie tranquille..

Tout révéler ou se cacher ? Faire parler de lui? Le comble! Comme ça, des dizaines de journalistes viendront taper chez lui pour une petite interview autour d’un thé à la menthe, et direction le studio le plus proche pour une séance photo qui fera la une du journal local. Plutôt mourir dans d’atroces souffrances, thank you very much. Non, Faren veut éviter de passer pour un monstre déjà, puis éviter de finir en prison si jamais son pouvoir dérape, et il a déjà Darren sur les bras pour monter le groupe des Super Zéros donc en clair, il a assez à gérer comme ça. Vivons heureux, vivons… cachés, merci vous suivez.


  • WE HAVE EVERYTHING WE NEED


# Il ne porte que des couleurs sombres. Vert étant sa préférée.
# C'est un caféholic. Il en boit tout le temps, et du coup dort très peu.
# Ainsi il peut passer plus de temps à bricoler dans son garage.
# Ses mains sentent fort le savon, parce que c'était un savon spécial pour faire partir la graisse de voiture.
# Il en déteste l'odeur.
# Sa moto s'apelle Nat.
# Oui, c'est le diminutif de Natalie.
# Oui, ça a peut-être un rapport avec Natalie Portman (il avait 16 ans le jour où il a eut cette moto).
# Il a une collection de vinyles presque indécente.
# C'est selon lui le seul vrai son qui existe.
# Il est un peu agoraphobe sur les bords. Claustrophobe aussi.
# C'est sûrement pour cela qu'il adore les vacances en montagne. L'immensité ne l'effraie pas.
# Il a de gros problèmes capillaires. Peigne? Connait pas. Coiffeur? Eurk.
# Les filles adorent son côté mystérieux brisé nounours à réparer.
# Pas la peine de préciser que lui n'a pas besoin d'une mère de substitution, merci.
# Il a un chien nommé Kurt, comme Kurt Cobain parce qu'il a une drôle de frange blond sale qui lui tombe sur les yeux.
# Ce chien est par ailleurs très intelligent.


  • OUT OF THE FANTASY

Avatar : Jared Leto, toujours I love you
Pseudo : Loony, Loo', Looloo, Pompote en titre.
Âge : 20 ans.
Comment avez-vous connu le forum ? Ma Feeeeeeeeemme heart2
Quelque chose à ajouter ? Putain c'est trop bon de toutes vous voir les filles! JE VEUX DES LIENS AVEC TOUT LE MONDE 04


Dernière édition par Faren Conroy le Sam 14 Fév - 20:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 22:11

21
Je réserve J-Man 03

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 22:15

AAAAHHHHH Loony mrgreen heart2
Welcome here n'amoureuse de Londres 02
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 22:17

woo heart2

Amour de ma vie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 22:58

Ma Looloooooooooooooooooooooooooooooooooo bisou
Ma Satania, mon double démoniaque que j'aime et qui me manque 21
Jared Leto ou devrais je dire, your guy XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mer 28 Jan - 23:44

Aaaaah Loonette woo I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Jeu 29 Jan - 0:48

OMFG!!! LOONYCHOU!!! EN FAREUH!! ptdr

Ohhhh choupette comme tu m'as manqué!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Jeu 29 Jan - 20:53

CORPSIE :: Merci heart2

MIKO :: Ouiiiii oh tu joues le bro' de Nana, ça déchire! Merci heart2

POMPOTE :: Maï luv Un nouveau duo de choc!

SATANIA :: Ma dark queen des enfers 04 Tu me manques aussi 21 Un lien!!

ZAZ :: Yay t'es là aussi! Trop bien! Ton avatar est à tomber par terre, comme d'habitude cowboy

LEMY :: Eh oui y'a des invariables mdr Faren c'est une entité! Ouii ça fait plaisir de te revoir I love you

Je m'occupe de cette fiche ce WE, là je suis pas sur mon PC donc c'est super chiant. Merci de votre acceuil les filles! heart2
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dawson

avatar

Nombre de messages : 218
Age : 28
Date d'inscription : 24/01/2009

I'm (no) Superman
power: My arms, my rage... and my boobs !
remember me:

MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Jeu 29 Jan - 21:07

Bienvenuuue Loony 03
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 0:00

Rahhhhhh avec joie, je cherche un truc à notre hauteur
POurquoi tu ne l'as pas appelé Vitaly?? AHhhhhhhhhhhhhhhhhhh 21
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 1:47

Maïa Killsinger a écrit:
Rahhhhhh avec joie, je cherche un truc à notre hauteur
POurquoi tu ne l'as pas appelé Vitaly?? AHhhhhhhhhhhhhhhhhhh 21

Parce qu'elle bug sur les prénoms et noms Arrow. Comme moi qui prend souvent Anastazia Berkov ou X Berkov, elle prend souvent Faren Conroy ou X Conroy. Ca vient d'un couple qu'on a eu sur Guava Isla, on a du mal à aimer d'autres noms mdr

Amour ~ Soit dit en passant, parce que j'ai pas pu le glisser dans le mail - j'étais en plein dans ma valise - je suis contente que tout soit redevenu bisounoursien par chez toi calin ! C'est toi qui va me manquer le plus je crois heart2 !

EDIT : SA RACE T'AS SORTI LE VAVA QUE TU AVAIS FAIT POUR NALOODY woo 10 21 16 I love you


Dernière édition par Morgan Sudgway le Ven 30 Jan - 1:49, édité 1 fois (Raison : AHHHHHHHHHH *_*)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 3:00

J'avais cru remarquer qu'elle faisait une fixette, pauvre petite Looloo MDR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 3:11

Loo' qui fait une fixette sur Laiteux!! Impossible!! :boulet:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 3:16

CACTUS mrgreen 21 calin

Aller, un coup de fouet pour toi pour le plaisir par Nadine la punitrice et accesoirement un ananas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 12:33

Jules Moyse a écrit:
Loo' qui fait une fixette sur Laiteux!! Impossible!! :boulet:

Aucune fille normalement constituée ne peut prétendre ne RIEN ressentir face aux deux Leto. Après, je dis pas qu'elles en sont toutes dingues - heureusement -, mais c'est pas possible de dire qu'ils n'ont rien, ce serait mentir. tongue
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Ven 30 Jan - 12:38

T'as bien fait de préciser "les deux Leto" Laughing

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Sam 31 Jan - 13:14

Wowo pas de débat sur Jaja dans mon topic merci 04

Merci Gabriel! Je te reconnais pas, on se connaît? ^^

Pompote :: Ne t'inquiète pas pour moi, tu me connais! Tu me manques déjà. Et oui, Juliet/Faren, Conroy/Berkov, c'est nos classiques heart2

Ananas :: Aaah je me demandais si t'étais bien là calin
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dawson

avatar

Nombre de messages : 218
Age : 28
Date d'inscription : 24/01/2009

I'm (no) Superman
power: My arms, my rage... and my boobs !
remember me:

MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Dim 1 Fév - 21:11

Nan pas particulièrement, je te connais de nom en fait mrgreen moi c'est Lolote Arrow je sais même pas si tu te souviens de moi sur certains forums alors bon mrgreen Laughing Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Mar 10 Fév - 14:46

  • WHAT IF YOU CAN REWIND ?


AVANT

Contre nature. Un enfant de six ans qui porte un costume sombre. De la tristesse dans les yeux, de l'incompréhension, un moment suspendu, l'atmosphère tendue, le coeur dans un étau, en immersion. Pourquoi utilise-t-on la métaphore de la noyade, pour parler du deuil? C'est comme avoir la tête sous l'eau, manquer d'air sûrement, se sentir comprimé, attiré vers le fond. L'envie de se laisser... couler.

Assis dans le vieux canapé à motif fleuris, assez élimé par le temps, comme cette maison qui deviendra sienne désormais. La maison de Tante Maria change de nom, elle doit devenir le nouveau foyer. Il faut intégrer une capacité d'abstraction, sortir son âme de son corps et de la laisser divaguer dans son nouveau domicile. Sa nouvelle chambre. Son nouveau jardin. La nouvelle cuisine d'un style d'un autre temps, comme cette demeure. Elle a ce côté qui sent le vécu, mais un vécu qui n'appartient pas à Faren. La maison de sa tante, pas celle de ses parents. Puisque ces derniers ne sont plus.

Difficile à intégrer si jeune. C'est une abomination, mais le temps et l'âge précoce vont jouer en sa faveur, sait le narrateur omniscient. On oublie les souvenirs de cet âge. Triste, le trou noir de l'oubli. Mais on panse ses plaies plus vite à un jeune âge, le malheur du manque viendra en temps voulu, plus tard.

Pour l'instant, Faren se laisse distraire par les caresses dans ses cheveux, effectuée avec amour par Maria. Il se laissa emporter par une vague de tendresse. Fermant ses grands yeux trop bleus, renforçant cette image d'innocence, il essaya de concentrer toute son attention sur les sensations que procuraient les doigts frais sur son crâne. Difficile de garder les idées claires, quand tout le reste de son coeur chercher un engourdissement bienfaiteur.


« Je crois que ça va être toi et moi maintenant, mon ange » souffla Maria dans ses cheveux.

Ses yeux papillonèrent, puis se réouvrirent pour fixer l'horizon par la fenêtre. Au loin il pouvait apercevoir la vieille centrale désaffectée. Elle était un peu comme lui finalement, cette centrale. Vide, abandonnée. Désaffectée.


***


La porte de l'appartement de Faren claqua bruyamment.

" T'es complètement folle! "

" Oh toi le névrosé tu peux parler! Ah ça tu la ramènes pas souvent mais quand tu l'ouvres tu fous bien la merde Faren! " lui lança Maïa, le regard flamboyant avant de lui tourner le dos.

Le jeune homme lâcha un rire sans joie en secouant la tête comme pour chasser de son esprit toute cette plaisanterie. Faren et Maïa. Maïa et Faren. C'est une histoire d'amitié, c'est une histoire d'amour, c'est de la douleur, de la passion, deux personnes emmurées dans leur passé qui se jettent les briques à la figure. Si semblables au final que chaque petite différence leur saute à la figure. Maïa, cette fille sublime qui lui avait fait tourné la tête, était juste... trop. Sûrement un peu trop belle, sûrement un peu trop extrême. Juste un peu trop pour Faren. Elle lui faisait péter des cables, et de son côté la jeune femme avait très certainement envie de claquer la tête de Faren contre les murs en société. Il pouvait être si froid, si cassant. Quand Maïa entrait dans sa frénésie bière-concert-photos-fêtes, qui était une partie d'elle - pas la plus grande, mais assez pour être une petite forme de quotdien - il enrageait. Incapable de gérer, de la partager, dans ces cas là il lui faisait vivre un enfer.


" Tu me rends fou Maïa! Tu vas finir par m'envoyer direct chez les dingues, avec tes sautes d'humeur et ton besoin de choquer! " répondit-il en levant les bras au ciel.

" C'est une grande nouvele ça tiens, tu viens de te réveiller ou quoi? T'es assez froid et cynique pour deux à ce que je sache, alors viens pas me faire de leçon de caractère s'te plait! "

" Alors quoi j'ai pas le droit de dire que je suis pas d'accord? Que ça me fait chier? Tu m'emmerdes! "

" C'est toi qui m'emmerdes! "

" FAIS PAS TA GAMINE! "

" ALORS ARRETE DE JOUER AU CON! "

Rouges écarlates, les poings serrés, les machoires crispées, il se toisèrent quelques secondes. Ils se mettaient sans arrêt sans dessus dessous. C'est un genre de relation qu'on adore, qu'on adule, qu'on chérit, mais qui finit toujours par s'arrêter: à trop jouer avec le feu, on se brûle. On s'aime sans équilibre. Faren fit un brusque pas en avant là où Maïa avait déjà les bras tendus vers lui. Ils s'embarquèrent dans un baisir enflammé, enragé, presque douloureux. Il s'accrocha à chaque partie d'elle, elle semblait ne jamais plus le lâcher. Un tango de bras et de jambes, de vêtements qui disparaîssent, le bruit sourd de deux corps qui s'entrainent mutuellement sur le lit. Un nuit d'amour et de passion, la dernière.

Ils avaient passé une année dans leur jeunesse consacrés l'un à l'autre, mais ils étaient bien meilleurs au jeu de l'amitié, de la similiarité calme et magnifique qu'à celle des amants déchirés. Partageant une cigarette, étendus côte à côte, ils savouraient le silence de ces derniers instants d'intimité. Puis Maïa se leva pour aller prendre sa douche, et déposa symoliquement un baiser sur le front de Faren. C'était la fin, un accord tacite de cesser de se faire du mal. Il lui sourit et la laissa filer. Maïa et Faren, ça ne finissait pas ce soir, ca se métamorphosait juste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Sam 14 Fév - 20:05

APRES

Elle n’avait pas l’air bien du tout. Un peu trop mince, un peu trop vide et fatiguée. Ces signes extérieurs de fatigue ne trompent personne, et surtout pas lui, qui a un sens de l’observation accru. C’est souvent le lot des personnes qui parlent peu: on les oublie facilement, et donc leur silence leur permet de voir, de regarder, d’analyser ce qui se passe. Et ce jour là, Faren remarqua qu’elle n’allait pas bien. C’est vrai que récemment, lorsqu’elle venait prendre son café, elle avait ce sourire triste et démuni des gens qui sont un peu perdus dans leurs vie, en ce moment. Le grand temps de la remise en question, de l’instabilité émotionnelle qui se lit dans les yeux.

Qui c’était, ‘elle’? Il n’en savait rien. Parfois il se surprenait à grimacer lui-même, lorsqu’il poussait la porte de ce petit café au coin de la rue. Parce que certes, le café y était très bon, mais rien d’exceptionnel. La déco sympa, mais rien de novateur. La serveuse agréable, mais pas la fille la plus belle ou gentille du monde. Non, Faren s’avouait bien malheureusement que la raison de sa venue ici depuis une semaine, c’était à cause de la blonde divine qui poussait les portes de ce café le soir après le travail.


FLASH-BACK

La vitrine tamisée l’incita à rentrer dans ce petit café de rue. Il n’avait pas spécialement envie de rentrer tout de suite chez lui, et l’idée de s’installer dans un canapé, entouré d’un murmure assourdi de conversation semblait attirante à cet instant. Il poussa la porte de verre, commanda un grand café noir sucré, et s’installa près de la vitrine pour regarder à l’extérieur. Le jour tombait doucement, ce moment merveilleux entre ciel et terre, sans limites, toutes immensités confondues dans des couleurs presque surnaturelles. Il la vit longer le trottoir et pousser la porte de la même manière que lui il y a dix minutes de cela. Son regard s’était fixé sur elle, presque incapable de cligner des yeux de peur de perdre une seconde du spectacle. Dans le petit café du coin, la plus belle jeune fille du monde venait de mettre pied. Elle avança vers le comptoir, commanda un café à emporté d’une voix douce et haute, remit ses cheveux désordonnés derrière ses oreilles, puis elle tourna les talons et sortit aussi sec.

Faren fixa la porte fermée, le son de la clochette encore dans les oreilles. Il expira une longue bouffée d’air, se rendant compte qu’il avait bloqué sa respiration tout du long. L’angoisse dans son estomac l’inquiéta, et il se mordit la lèvre inférieure.

Merde, ça craint d’avoir l’impression d’avoir subit un coup de foudre.


FIN DU FLASH-BACK

Alors vous auriez fait quoi vous, dans cette situation? Bien sûr, vous auriez envie de la revoir. Vous vous seriez dit deux choses, comme Faren. Petit un, elle a suivit le même schéma que vous. C’est la première fois qu’elle met les pieds ici, et c’est sûrement aussi la dernière. C’était un café sur son chemin cette seule et unique fois, et le destin l’a fait rentrée là au hasard, également une seule et unique fois. Ou bien, elle vit tout près, elle travaille tout près peut-être, c’est peut-être son café préféré, elle est peut-être une habituée des lieux. Dans ce cas, qu’est-ce qu’on fait? On vérifie le lendemain, à peu près à la même heure.

Et depuis une semaine, c’est la même rengaine. Faren se traite mentalement de taré pervers psychotique et pousse néanmoins la porte du café, s’installe au fond, boit son breuvage amer et couve des yeux l’aller retour rapide de cette fille. Il commençait à noter divers petits détails sur elle. Ses bijoux. Ses cheveux. Le ton de sa voix. Son état d’esprit si lisible sur son visage. Et malheureusement, son moral qui semblait chuter. Et à chaque fois, il faisait un scénario dans sa tête sur un moyen d’aller l’aborder. Et à chaque fois il se trouvait de plus en plus ridicule. Le sixième soir de ce petit rituel stupide, elle ne vint pas. Il avait attendu, mais toujours aucun signe d’elle. Il se rendit compte à quel point ce fut terrible, d’avoir le sentiment qu’il n’en saurait jamais plus sur elle. Perdre la vision de son visage semblait presque intolérable. Il soupira, se pinça l’arrête du nez en secouant ses cheveux trop long. Il avait atteint les Abymes du pathétique. Il avança vers le comptoir pour payer, et à cet instant elle entra. Épuisée, triste, absente. Faren resta figé, elle passa sans vraiment le voir, prit son café et sortit. Il paya en quatrième vitesse et sortit derrière elle. Il la voyait pour la première fois hors du café, et ça semblait presque irréel.

Mais l’absence de la jeune fille se traduisit tragiquement par un manque d’observation. Le feu piéton était rouge, le feu voiture était vert, et pourtant elle traversa dans la pénombre silencieuse. Lui avait vu les phares se précipiter vers elle. Mu par un instinct de protection et une montée d’adrénaline, il enjamba le trottoir en quelques secondes et se rua vers elle. Il n’eut jamais si peur de sa vie. Faren se saisit du bras de la jeune fille, la poussa sur environ un mètre et se baissa avec elle. Il la prit dans son bras droit, autour du cou de la jeune femme, et dans une impulsion irréfléchie il tendit le bras vers la voiture, qui se stoppa net à quelques centimètres d’eux.

Utiliser son pouvoir. Je dirais même, y parvenir. Il remercia le seigneur un dizaine de fois de ne pas avoir fait exploser la voiture, mais juste s’arrêter. Il soupira de soulagement et tourna les yeux vers la jeune fille. Leurs regards se croisèrent, et le monde bascula de nouveau. Tellement de chocs en si peu de temps, Faren en attrapait le tournis. Sa respiration se fit plus dense, plus irrégulière durant le court moment où leurs pupilles furent en contact. Une électricité incroyable. Puis doucement ils retira son bras, et sourit lorsqu’elle demanda ou était son café. Elle était sous le choc, mais elle allait bien.

C’était le moment de disparaître. Il essaya de lui dire adieu à travers ce regard. Il ne pouvait se confronter aux questions qu’elle poserait, et ne pouvait revenir dans ce café. Elle était saine et sauve, et il devait payer le prix de ne plus jamais la revoir pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Sam 14 Fév - 20:22

FINI mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Sam 14 Fév - 20:27

Je valide woo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   Sam 14 Fév - 20:30

Merci Cool
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?   

Revenir en haut Aller en bas
 
FAREN * If I go crazy then will you still call me Superman?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Muffins Crazy Nuts
» CRAZY OPTIC!!!
» Cake Crazy Gourmand de Bab's (VGL)
» Provocation antichrétienne au “Crazy Horse” à Paris
» Crazy love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Action Heroes :: INCOMPLETE-
Sauter vers: