Partagez | 
 

 I need someone who understands [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I need someone who understands [R.]   Dim 23 Sep - 15:54

Comme à chaque fois qu’il avait des problèmes ou qu’une situation devenait beaucoup trop compliquée, Graham se tournait alors vers la seule personne qui pouvait alors lui venir en aide : sa mère. En effet depuis l’affaire Lorcan et la dispute et des coups qui avaient été donnés, la relation avec Andromache n’était plus comme avant et franchement il ne comprenait pas vraiment pourquoi ce changement d’attitude. Parce que dans son esprit, il n’avait rien fait, n’était pas le coupable bien au contraire puisqu’il avait fait déguerpir cet individu machiavélique de leur immeuble – il préférait dire qu’il l’avait viré plutôt que de préciser que c’était lui qui avait décidé de se retirer parce que cela revenait à dire qu’il avait été terrassé par le bonhomme et il ne pouvait se résoudre à admettre une telle chose. – Donc, pourquoi ? Il avait la sensation que la brunette l’évitait, qu’elle ne répondait plus à ses appels et qu’elle n’était plus si souvent chez elle, ou alors peut être ne voulait-elle pas répondre. Et tout cela aurait du l’aider à lui faire comprendre qu’il avait probablement mal agi mais non, pour lui il avait fait une bonne action, avait agi pour le bien de tous. Non, il avait besoin d’être rassuré et c’est vers Roxanne, sa mère qu’il avait décidé de se tourner parce qu’après tout une maman c’est toujours de votre côté pas vrai ? Sauf qu’il n’avait pas réfléchi. Parler d’Andy, fille de Darren copain de sa mère…Pas l’idée du siècle. Alors au lieu de cela il fit la tête tout le long du déjeuner, chose que Roxanne lui fit remarquer un peu plus tard lorsque, en bon fils, il aida sa mère à faire la vaisselle. Il sentit le regard de sa chère mère posé sur lui. «Maman, arrête de me regarder comme ça. » Mais c’était inutile de résister car quand Roxanne Wade avait quelque chose en tête… «Quelque chose te tracasse, je le vois bien. Alors qu’est ce qui c’est ? Une fille ? Tu sais que tu ne m’as jamais présentée une fille quand même, la dernière remonte au lycée… » Graham poussa un soupir. Certes, elle avait raison il s’agissait d’une fille mais elle s’était bien vite éloignée du sujet. Sujet qu’elle remettait souvent sur le tapis. «Tu sais bien pourquoi je ne te présente personne. » il fit un signe de tête en direction du salon où était parti Darren. «Bon, bon…Si ce n’est pas une fille alors c’est…Oh mon dieu, tu as été obligé de te faire recenser ! Oh, seigneur je savais que ça arriverait » Elle donna une petite tape sur la joue de son fils, qui n’eu pas le temps d’en placer une qu’une troisième voix en provenance du salon se fit entendre. «Ah ! Avec son pouvoir, ça m’étonnerait que des personnes s’intéressent à lui… C’est pas très impressionnant ce qu’il sait faire» Les moqueries sur son pouvoir ne s’arrêteraient donc jamais ? Oui, il avait raison au fond, il n’avait pas de quoi impressionner les gens avec ça. Mais pour l’heure il devait répondre quelque chose et quoi de mieux que sa phrase préférée «La ferme, Darren. » Puis Graham rassura sa mère en lui expliquant, que non, il n’avait pas été obligé de se faire recenser et pour expliquer son attitude étrange il raconta qu’il devait sans doute être malade. Puis Darren et Graham se disputèrent. Encore. Et Roxanne usa de sa force pour faire arrêter cela.
Un Samedi typique.

Et justement, comme tous les samedis, le jeune homme était bien décidé à ne pas changer ses habitudes et pour oublier toute cette histoire avec Andromache, rien de mieux que d’aller dans son bar préféré. Il y venait tellement souvent qu’il faisait parti du club des personnes qui saluaient barmans et serveuses comme s’ils étaient de vieux amis. Là-bas il s’installa au comptoir puis observa les lieux à la recherche de personnes sympathiques. Finalement au bout d’une heure, une jeune demoiselle l’avait approché, elle était jolie mais ennuyeuses à mourir à tel point qu’il avait bien du mal à s’intéresser à ses problèmes, apparemment sa meilleure amie avait commis l’irréparable en adressant la parole à son ex petit ami et il y avait une histoire de rouge à lèvres mais il avait décroché il y à bien longtemps. Il cherchait un moyen de se débarrasser de cette fille – dont il avait aussi oublié le prénom – lorsqu’une ravissante brune fit son apparition. Oh, c’était elle. Cette fille qu’il avait déjà croisée quelques fois, elle avait d’ailleurs filé avant de donner son numéro de téléphone. Ou bien elle avait filé parce qu’elle ne voulait pas donner son numéro, c’était au choix. Il ignorait son nom mais comptait bien le découvrir ce soir. Graham s’éloigna de la jeune demoiselle qui n’avait pas terminé son histoire et qui se mit à insulter le jeune homme en le voyant partir alors qu’il s’était rapproché de la brunette.
«On se connait, non ? » fit-il. «Je t’offre un verre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopeia Buckhurst
SICK AS MY SECRETS
but never going to tell.
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 83
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: I need someone who understands [R.]   Mar 25 Sep - 23:47


Oh my god! Oh you think I'm in control
Oh my god! Oh you think it's all for fun

Le temps à échelle humaine était incroyablement court. Les journées passaient à la vitesse de l’éclair pour quelqu’un qui venait d’un univers situé loin, très loin, de la Voie Lactée. Cassiopeia avait très tôt développé l’habitude de maximiser les heures qui lui étaient données, elle privait pour ce faire son organisme des précieuses nuits de repos qu’il exigeait pourtant – dès lors qu’elle ne ressentait pas les effets de la fatigue, elle estimait que son corps d’humaine était en mesure de tenir la distance - et perdait très peu de temps au cours des repas. Elle privilégiait l’efficacité, les investigations, ainsi que la séduction de ceux dont elle devait se rapprocher. A vivre à cent à l’heure comme elle le faisait, elle en oubliait que la planète sur laquelle elle se trouvait ne tournait pas aussi vite. Elle arrivait à un stade où elle se devait de ralentir l’allure car elle se retrouvait face à un mur, que seule la patience parviendrait à faire tomber. Elle ne pouvait presser davantage les humains afin d’assouvir sa soif de savoir et de réponses. Elle aurait pu – et dû – user de ce répit qui lui était accordé pour recharger les batteries de son enveloppe corporelle, toutefois cela l’ennuyait au plus haut point ; elle n’était pas personnage à rester inactif, il lui fallait de quoi s’occuper l’esprit. Elle avait longuement cherché vers quel sujet porter son attention quand une entrevue, houleuse et très chargée d’un point de vue émotionnel, d’avec Lorcan lui ouvrit les yeux sur un nouveau hobby à développer : l’espionnage sentimental. Le principe était des plus simples, il suffisait de filer le pas à son mentor d’autrefois, de relever tout ce qui sortait de l’ordinaire et recouper les informations ainsi récoltées jusqu’à dresser le profil de la perturbation qui l’éloignait de sa mission primaire. Encore une fois, l’efficacité de l’alien ne fut pas remise en doute puisqu’elle mit rapidement un nom sur ce dérangement. Andromache Baxter. Une humaine tout ce qu’on faisait de plus banal, dont l’intérêt vis-à-vis de leur tâche frôlait le néant. Une rencontre de quelques minutes avait suffi à Cassie pour se faire une idée du personnage, elle n’était, au final pas grand-chose, et elle ne comprenait pas pourquoi son ami s’était entiché d’elle de la sorte. Ce dont elle avait conscience, cependant, était le danger que cette dernière représentait. Si, pour l’instant, elle avait tout d’innocent, elle ne pouvait se permettre de laisser la situation dégénérer. Qui savait ce dont Lorcan serait capable pour elle dans un avenir plus ou moins proche ? Il devait se focaliser sur son but premier et éviter de trop s’attacher aux humains. Il ne l’avait que trop fait. Khanas Otna, en bonne collègue et compagnonne qu’elle était, se faisait une joie de lui rendre service. De lui rouvrir les yeux.

Bien évidemment, une relation plus qu’amicale ne pouvait se défaire en un jour. Elle avait pris note des regards que les deux s’étaient échangés, et qui l’avaient viscéralement heurtée tant ils étaient emplis de bons sentiments, elle se doutait que leur lien était fort. Seulement, rien ne durait, elle était bien placée pour le savoir. Même si ses connaissances pratiques en matière de relations « amoureuses » approchaient du zéro absolu, elle avait un œil avisé et avait observé plus d’un couple se faire et se défaire. En général, les êtres humains suivaient un canevas aisé à discerner : ils tombaient amoureux d’un physique, puis d’un état d’esprit, avant d’entrer dans une routine pour enfin se lasser et passer à la personne suivante. Cassie n’avait clairement pas le temps d’attendre les deux stades qui suivaient celui par lequel passaient actuellement Lorcan et Andromache. Il lui fallait la pousser vers ce quatrième et dernier rouage. Pour cela elle avait besoin d’une aide extérieure, d’un physique et un état d’esprit dont l’humaine pourrait s’enticher afin d’oublier une bonne fois pour toute son béguin ridicule pour le grand et beau Lorcan Blumenfeld. Seuls quelques jours lui avaient été nécessaires pour repérer l’homme parfait pour ce job, elle n’avait guère eu à chercher loin puisque ce dernier habitait sur le même pallier que la brunette. C’en était presque trop facile. Une nouvelle, toujours courte, enquête l’amena à tout apprendre, ou presque, de l’existence de Graham Wade, mutant non recensé mais dont la discrétion laissait à désirer. L’unique détail qu’elle ignorait était la nature de son pouvoir, cela dit faible était l’intérêt qu’elle lui portait ; dès lors qu’elle connaissait son secret, elle détenait l’ascendant sur lui et, qui sait, peut-être qu’elle pourrait un jour utiliser cette information pour entrer définitivement dans les bonnes grâces de Rodan Sherman. En attendant ce moment, elle se mit à fréquenter quelques uns des endroits favoris de sa nouvelle proie, forçant une rencontre « fortuite » et s’immisçant dans son quotidien sans que l’homme ne le remarquât. Jusqu’à ce jour où elle pénétra dans cet établissement au nom plus que douteux que semblait apprécier Graham. Elle ne chercha pas à faire une entrée discrète, bien au contraire, et elle sentit rapidement le regard du jeune Wade sur elle.

C’était définitivement trop facile, songea-t-elle alors qu’elle relevait la tête vers celui qui venait de l’approcher.
« Si on se connaissait, tu m’aurais saluée à l’aide de mon prénom, non ? » Elle arqua un sourcil en reportant son attention sur le barman, maintenant posté devant eux, en attente de leurs commandes. « Votre cocktail le plus cher, à mettre sur sa note, » lança-t-elle d’une voix monocorde, à l’opposée de celle qu’elle avait l’habitude d’utiliser à son travail ou en présence de ses autres connaissances. Elle se passa la langue sur les lèvres avec un air satisfait sur le visage. Elle se la jouait inaccessible parce qu’elle se doutait que Graham était de ceux qui aimaient la chasse, le jeu du chat et de la souris. Comme bon nombre de ses semblables, il aimait courir après ce qui lui échappait. Le sous-entendu était simple : s’il n’avait pas les moyens de mettre autant dans un simple mélange d’alcools, il n’avait définitivement pas les moyens de traîner dans les parages. Cette méthode avait fait ses preuves dans un film qu’elle avait vu jadis mais dont elle avait oublié le nom. « Tu sembles avoir fâché cette pauvre demoiselle, » fit-elle avec un sourire mi-figue mi-raisin et en désignant d’un signe de tête la jeune femme qu'il venait d’éconduire.

_________________

    how did this begin and turn in such inhumanity?
    Here I begin to fail the steps of a battle without sense. I've nearly began to understand as I grown my way. There is no light out of all the places, there is no sign of our help, there is no time and a chance of relations. What if I choose to live? Living in a dangerous womb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need someone who understands [R.]   Lun 1 Oct - 14:53

Le jeune homme était à la recherche d’une compagnie. C’était d’ailleurs sans doute le cas de toutes les personnes seules présentes dans ce bar, c’était d’ailleurs à cela que servait les bars après tout, non ? Oui mais pour Graham c’était un comble d’être là, assis à attendre que quelqu’un veuille bien lui parler lui qui d’ordinaire était toujours entouré de connaissances ou de jolies demoiselles. En réalité il était rarement seul parce qu’il ne supportait pas ça, tout simplement. C’était insupportable, surtout le soir. Il n’y avait rien de pire pour lui que de se retrouver chez lui avec pour seule compagnie le simple – et agaçant – tic-tac des aiguilles de l’horloge. Il avait constamment besoin de quelqu’un à qui parler, besoin d’une présence et il ignorait la raison d’un tel comportement. Peut être avait-il tout simplement du mal à supporter sa propre personne. Quoi qu’il en soit, c’était bien cette peur de se retrouver seul qui le pousser à aller si régulièrement chez sa mère, au lieu de simplement lui téléphoner, malgré le fait que chacune de ses visites se terminent par de violentes disputes. Il était toujours entouré d’ami et prenait soin d’entretenir de bonnes relations avec tout le monde au cas où, un jour, il aurait besoin d’appeler quelqu’un comme ce soir où la présence d’un ami était nécessaire. Il avait d’ailleurs sorti son téléphone et passé en revu tout son répertoire mais il s’était bien vite arrêté sur le prénom d’Andromache. Il envisagea de lui téléphoner pour lui demander de le rejoindre au bar mais il secoua la tête, trouvant l’idée ridicule, puis rangea finalement son téléphone.
Il était grand temps pour lui d’oublier cette histoire, d’arrêter d’y penser et se concentrer sur d’autres choses comme son activité de justicier. Depuis combien de temps n’avait-il pas patrouillé dans les rues de San Antonio ? Bien trop longtemps, mais pour sa défense, la ville était assez calme dernièrement et elle ne manquait pas super héros pour la défendre. De plus, Graham avait eu vent de plusieurs arrestations de mutants rebelles il y à quelques jours alors risquer d’aller s’exposer dehors pour arrêter deux ou trois délinquants serait de la folie mais peut être était-ce ce dont il avait besoin au fond. Mais pas ce soir pensa-t-il alors qu’il posa les yeux sur la brunette qui était entrée.


D’accord la jeune femme ne semblait pas apprécier d’être dérangée ou bien n’était-ce qu’une impression. Il commençait à douter de lui, à se demander s’il la connaissait réellement car elle était en train de le faire douter. L’avait-il réellement déjà vu ? Graham l’observa un instant. Si, c’était bien elle car s’il y avait bien une chose dont le jeune homme pouvait se vanter c’était d’avoir une excellente mémoire, il était capable de retenir les visages – les noms un peu moins – et n’oubliait jamais lorsqu’il rencontrait une femme à son goût. C’est donc avec une grande satisfaction et sûr de lui qu’il pu enfin répondre.
«C’est une question piège à vrai dire parce que tu ne m’as jamais donné ton nom. » Il avait joué la carte de l’homme sûr de lui, mais en réalité il doutait. Lui qui se vantait d’avoir une excellente mémoire, surtout lorsqu’il était question d’une jeune femme, devait se rendre à l’évidence : sa mémoire n’était pas si géniale que ça. Mais il espérait que son assurance passerait auprès de la ravissante brunette.
Il déchanta bien vite lorsque cette dernière commanda le cocktail hors de prix de la maison – il échangea d’ailleurs un regard avec le barman qui semblait amusé par la situation et ravi d’assister à un tel spectacle. – Graham lui se contenta de commander une simple bière.
«Non, je pense qu’elle va s’en remettre » en parlant de cette jeune demoiselle, il tourna rapidement la tête vers elle et elle avait toujours les yeux fixé sur lui à essayer de le tuer avec son esprit «Et à vrai dire, je commençais à me demander si elle avait réellement plus de dix-huit ans » Il eu un sourire amusé avant de se rapprocher encore d’un siège de sa nouvelle ‘amie’. «Graham » fit-il soudainement pour se présenter. «Je propose de rester à tes côtés jusqu’à ce que ton ami arrive » technique ringarde pour savoir si elle avait oui ou non un petit ami.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopeia Buckhurst
SICK AS MY SECRETS
but never going to tell.
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 83
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: I need someone who understands [R.]   Dim 7 Oct - 15:22

Auprès de ses compagnons humains, Cassiopeia jouait la carte de la jeune femme innocente dont la douceur n’avait d’égale que sa naïveté, que beaucoup trouvaient touchante. Il s’agissait d’une carapace aisée à porter, il n’y avait pas grands efforts à déployer car, si elle était en réalité bien plus profonde que cela, il y avait foule de choses qu’elle ignorait de cette planète et de ses habitants ; il lui suffisait juste de placer sa fierté de côté et alors elle était réellement cette personne fragile et contrôlable. Néanmoins, elle était lassée de demeurer au quotidien cette facette de la personnalité qu’elle s’était créée. Elle était persuadée que traîner de l’autre côté du miroir, devenir ces personnes qui lui était donné de fréquenter chaque jour, pouvait devenir amusant. La compagnie de Charlize et de Rodan lui avait appris plus d’une astuce pour laisser s’exprimer la part de garce qui allait de paire avec l’enveloppe corporelle qu’elle s’était choisie. Et elle était convaincue que l’individu qui venait de s’installer à ses côtés était le parfait cobaye pour sa petite expérience, il semblait adorer les challenges. « Qu’est-ce qui te fait penser que je vais te le donner aujourd’hui ? » rétorqua-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté, le dévisageant ouvertement et sans la moindre gêne. Il devait être de ceux qui plaisaient à la gent féminine, comme l’attestaient toujours les regards outrés de la fille qu’il avait délaissée pour elle ; cependant, elle ignorait quoi en penser – bien qu’elle sût pertinemment qu’elle n’en avait rien à faire, elle n’avait pas d’opinion à avoir sur leurs physiques. Le seul commentaire dont elle était capable était qu’il ne ressemblait en rien à Rodan, et cela avait quelque chose de déstabilisant. Elle se rendait dès lors compte que les habitudes prises étaient dangereuses, elle s’enfermait un peu trop dans son quotidien auprès de l’adjoint au maire et il était temps de prendre ses distances, au moins par petites doses thérapeutiques. Elle ne souhaitait pas faire de Sherman le centre de son existence terrienne. C’aurait été reproduire les erreurs dans lesquelles se complaisait Lorcan, les sentiments mis à part. L’alien aimait les paradoxes mais celui-ci aurait été plus qu’hasardeux.

La jalousie était une émotion vis-à-vis de laquelle elle n’avait que très peu de familiarité, pourtant c’était bien de ce trouble des sentiments qu’elle avait fait usage pour ramener son « collègue » à la raison – ce qui n’avait pour l’instant pas abouti, mais elle ne désespérait pas. Le petit jeu de l’inconnue qui ne cessaient de les scruter dédaigneusement du coin de l’œil à l’autre bout du bar amplifiait ses intentions. Les humains démontraient un sens aigu de la possessivité envers leurs semblables, comme ils pouvaient également le faire avec leurs animaux de compagnie. Et certains osaient encore questionner l’aversion qu’elle éprouver à l’encontre de cette espèce.
« Elle se trouve dans un bar avec ce qui ressemble à une boisson alcoolisée dans les mains, elle ne peut pas avoir moins de vingt-et-un ans. » Sa logique était indéniable, elle omettait simplement la fâcheuse tendance de l’humanité à outrepasser les règles, surtout chez ses membres les plus jeunes, plus enclins à faire la fête qu’à entrer dans le rang. Toutefois, elle camperait sur ses positions, la demoiselle paraissait jeune mais elle devait être en âge de se trouver ici légalement. Déjà cette non-information lui était désuète, elle cligna des paupières sans détourner la tête de son interlocuteur et esquissa un sourire amusé. Il ne perdait pas le nord, c’était tout à son honneur. « As-tu une idée de ce qu’il ferait s’il te trouvait là à son arrivée ? » Elle se pencha vers lui pour approcher ses lèvres de ses oreilles. « C’est un homme très, très dangereux. » Elle se redressa tout en remettant une mèche de cheveux derrière son oreille. Sa mauvaise plaisanterie se lisait sur ses traits, néanmoins l’idée qu’un jour quelqu’un puisse la considérer comme sienne et faire preuve de possessivité à son égard était alléchante ; cela signifierait que sa tromperie aurait atteint son paroxysme, qu’elle serait devenue une réelle humaine parmi les autres. Le barman déposa les deux commandes devant eux, resta quelques secondes sans bouger, en attente certainement de la suite de leur discussion, mais la brune ne lui prêta aucune attention ni ne prononça un mot – pas même le merci qu’il aurait été logique de donner – jusqu’à ce qu’il comprît et s’éloignât pour leur rendre leur intimité relative. « Cassiopeia, » lâcha-t-elle au bout de plusieurs secondes, en portant son verre à ses lèvres. « Mais tu auras le droit de m’appeler Cassie si tu es gentil. » Elle but une longue gorgée, se concentrant pour ne pas grimacer au contact étrange de l’alcool sur ses papilles gustatives. Elle fronça les sourcils, s’humectant les lèvres pour récupérer les infimes perles de liquide qui y étaient resté accrocher, puis esquissa un nouveau sourire. « Je suis certaine de t’avoir déjà vu, en dehors de cette fois où tu avais demandé mon numéro. Ne connaitrais-tu pas Lorcan Blumenfeld, par le plus grand des hasards ? »

_________________

    how did this begin and turn in such inhumanity?
    Here I begin to fail the steps of a battle without sense. I've nearly began to understand as I grown my way. There is no light out of all the places, there is no sign of our help, there is no time and a chance of relations. What if I choose to live? Living in a dangerous womb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need someone who understands [R.]   Mer 7 Nov - 18:09

«Dois-je comprendre qu’il y aura d’autres rencontres ? » Amusé par sa propre remarque, il observa discrètement la mystérieuse jeune femme. Il en avait connu des demoiselles qui s’amusaient à se la jouer inaccessibles et il trouvait cela amusant la plupart du temps puisqu’en réalité elles ne l’étaient pas tant que ça puisqu’il repartait bien souvent avec elles à la fin de la soirée mais celle-ci était différente – ou alors se croyait-elle différente, il n’arrivait pas à se décider sur ce point – mais quoi qu’il en soit il était bel et bien attiré par elle et n’avait pas réussi à détacher son regard d’elle sitôt la porte du bar franchie et il trouvait bien idiots les hommes qui ne lui avaient pas prêté attention. Il s’était bien sûr rendu compte de son petit quelque chose lorsqu’il l’avait déjà croisé brièvement dans la rue mais là il pouvait la détailler un peu plus. Il pensa alors qu’il avait vraiment une préférence pour les brunettes – même s’il aimait les blondes, les rousses et même les filles avec les cheveux bleus – Il en oublia même ses problèmes et n’avait alors plus qu’un seul objectif : ramener cette jeune fille chez lui, il ressentait le besoin de pouvoir la toucher, l’embrasser. Seulement il se sentait un peu déstabilisé par elle, était-ce sa technique pour faire fuir les hommes ? Lui qui avait pour habitude de compter sur son simple physique avait l’impression que son charme n’avait aucun effet sur elle. L’espace d’un instant il se demanda même s’il n’était pas simplement en train de perdre son temps et s’il ne ferait pas mieux de retourner voir la jeune fille qu’il avait lâchée mais il ne s’imaginait pas devoir supporter une autre conversation avec elle. Il avait quand même ses limites. «Je serais ravi de t’offrir d’autres cocktails » Enfin, il espérait que non, parce que vu le prix «Ou boire une bière, chez moi, les meilleures. Mais je ne peux pas te faire venir chez moi vu que tu ne veux pas me dire ton nom et que je n’emmène pas d’étrangères chez moi. » C’était drôle ça ; étant donné que la plupart du temps il ignorait le nom de ses conquêtes mais il espérait au moins avoir la chance de faire rire la divine inconnue.


Il ignorait si elle tentait de faire l’humour, et dans ce cas là il s’agissait d’un flop, ou si elle était sérieuse mais voilà qu’elle semblait insinuer qu’il était quasiment impossible que la demoiselle que Graham avait abandonnée puise avoir moins de vingt et un an. Quoi ? De quelle planète venait-elle ? Sans doute de quelque part où tout le monde suivait les lois à la lettre ce qui devait être affreusement barbant pensa-t-il alors qu’il se rémémorait son adolescence où lui et ses amis de l’époque étaient les premiers à aller voir des films interdits aux moins de seize ans alors qu’ils n’en avaient que quatorze, aller dans les bars alors qu’il n’avaient que dix-sept an. Oh bien sûr il n’avait jamais rien fait de réellement grave, peut être quelques graffitis ou voler une bouteille de vodka dans une épicerie pour impressionner les filles mais rien de plus. Il n’avait jamais été arrêté et n’était donc pas considéré comme un délinquant et c’était tant mieux car, même si cela aurait été considéré comme étant cool par les jeunes de son âge, Graham devait également penser à sa mère. Et avec une mère comme la sienne, il était préférable de filer droit. Quoi qu’il en soit, il trouvait qu’ils évoquaient beaucoup trop la jeune fille à son goût et il était temps de l’oublier et surtout d’éviter de trop la fixer car il avait la sensation qu’elle était du genre à traquer les personnes qui pouvaient l’avoir vexée. Mais toutefois, il n’était pas impossible qu’il retourne la voir, car si la brunette à ses côtés attendait effectivement quelqu’un…D’ailleurs il sembla la croire l’espace d’un instant, non il ne prit pas peur de l’éventuel petit ami qui devait arriver mais il n’était pas le genre d’homme à courir après les demoiselles déjà prises. C’était un principe. Néanmoins il comprit la plaisanterie lorsqu’elle s’approcha de lui.
«Je suis prêt à courir le risque » fit-il à son tour amusé, et surtout ravi : elle n’était pas prise. C’est ce qu’il avait cru comprendre, dans le cas contraire elle l’aurait déjà envoyé boulet, non ? Son enquête s’arrêtait là. Oui, il était contre draguer des filles déjà prise, mais si elles disaient ne pas être prise alors ça lui convenait, il n’allait pas les suivre pour savoir si elles mentaient ou non. Quelques secondes de silence furent nécessaires pour faire partir son ami le barman – qui attendait sans doute un compte rendu de la part de Graham, compte rendu qui ne viendrait pas. Puis tout à coup, il entendit un son étrange sortir de la bouche de la jeune femme. Il resta quelques instants silencieux avant de réaliser qu’il s’agissait de son prénom. Etrange. Lui qui était habitué aux Mandy et Jessica, c’était différent mais ça lui plaisait. «Je trouve ton prénom bien trop joli… Cassiopeia…Pourquoi t’appeler Cassie. » Il haussa les épaules, il était sincère.

Elle était certaine de l’avoir déjà dit-elle. Le visage du jeune homme s’illumina.
«Ah. » C’était donc peut être un petit jeu qu’elle jouait depuis son arrivée au bar, elle se souvenait de lui c’était bon signe, peut être qu’il lui plaisait au fond. Et puis soudain, «Oh » fit-il lorsqu’il entendit le nom de Lorcan. « Oui, je le connais mais il est loin d’être mon ami. » Il fit de son mieux pour se contenir et pour ne pas se mettre à dire à quel point il pouvait le détester. «Pourquoi tu es son amie, petite amie peut être ? » Il tenait à le savoir, car de toute façon, tout ce qui pourrait sortir de cette conversation, il irait le rapporter à Andromache. «Il tourne autour de mon amie, et moi, je veux juste la protéger… » D’accord, il avait toujours ce besoin d’en rajouter une couche.


Allez hop :out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I need someone who understands [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need someone who understands [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Action Heroes :: DOWNTOWN SAN ANTONIO :: NAKED IGUANA-
Sauter vers: