Partagez | 
 

 Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 14:11


Rodan Sherman

Trente-sept ans ■ Américain ■ Adjoint au maire ■ Divorcé

    MY ANGEL LIES TO ME AND TELLS ME I'M DREAMING.


    VIE SOCIALE : La vie sociale d'une personnalité importante comme lui est bien remplie. Sur une seule journée, il peut lui arriver de croiser une centaine de personnes, vraiment. Bien entendu, les visages vont et viennent devant lui sans qu'il n'en retienne forcément les traits. Hélas, être entouré fait plus ou moins partie du job de politicien. Car même si bien souvent son unique souhait est de se retrouver seul dans son immense bureau, il fait tout de même l'effort d'être aux endroits où il est attendu et avec le sourire. Qu'il vende du rêve ou des mensonges, Rodan semble avoir le caractère idéal pour cette profession. Mais à trop fréquenter des individus à longueur de journée, on en vient à désirer la solitude, ce qui lui arrive régulièrement. Il n'y a qu'avec son fils que Rodan se sent sincèrement « bien » et qu'il ne joue pas à un jeu hypocrite en revêtant un masque trompeur. Mais comme son métier lui prend énormément de temps, autant dire qu'il n'est pas souvent seul. Et lorsqu'il est de bonne humeur, il lui arrive d'accepter la compagnie de charmantes demoiselles pour la soirée.

    CAPACITÉS : Contrôle du flux sanguin. Le pouvoir de Rodan n'est pas très difficile à comprendre, même son propre fils a très rapidement saisi l'importance de ne pas se tenir entre son père et un éventuel ennemi. C'est très jeune qu'il a découvert son don, l'acceptant dès son apparition pour ensuite le développer sans aucune limite. Nul besoin de contact visuel avec la personne, sa simple présence à proximité de la proie en question lui suffit pour agir. Il manie la vitesse de circulation du sang dans le corps avec une aisance déroutante – l'accélérant ou la ralentissant –, tout comme il peut totalement l'interrompre et ainsi créer, par exemple, une mort cérébrale, le cerveau ne pouvant correctement fonctionner que s'il est bien irrigué par le sang. Avec le temps, il a découvert de nombreuses manières de procéder ; élargir des blessures ou plaies déjà présentes, créer des hémorragies internes comme externes. Ce n'est vraisemblablement pas les idées qui manquent à ce trentenaire à l'imagination parfois morbide.

    RECENSEMENT : OUI [x] NON [ ]



    AM I A GIFT ? AM I A CURSE ?


✖️ Il était parvenu à arrêter de fumer mais il a repris sitôt son divorce prononcé. ✖️ Il est allergique aux fruits rouges. ✖️ Son fils est sa plus grande fierté. Malgré sa position politique, sans lui, il aurait sans doute eu l'impression de ne rien avoir accompli de bien – ou tout court – dans la vie. ✖️ Même s'il revêt bien souvent un costume d'insensibilité, c'est un homme qui a énormément à offrir quand il s'ouvre aux autres. Contrairement à ce qui peut se dire en ville, il a bel et bien un cœur, comme chaque être humain. Et le sien, bien qu'un peu amoché, est en parfait état de marche. C'est sans doute pour cette raison précise qu'il a refusé de retirer sa bague de mariage il y a quatre ans de cela. En effet, Rodan continue de la porter à l'annulaire gauche. Son entourage a très vite compris qu'il ne fallait pas poser de questions à ce sujet. ✖️ Malgré les recommandations répétées de son médecin, il refuse de porter ses lunettes. Enfin, il ne les porte pas aussi souvent qu'il le devrait pourtant. ✖️ Depuis à peu près un an maintenant, il fait appel à un agent embauché par la mairie capable de contrôler la croissance cellulaire et anatomique des êtres vivants. Lorsqu'il pense avoir un peu trop mauvaise mine, il use de ce pouvoir pour rajeunir légèrement les traits de son visage. ✖️ Ses yeux sont une véritable arme de destruction massive à eux seuls. Nul besoin d'expliquer pourquoi, c'est évident. ✖️ Il est tellement protecteur envers son fils Harley que cela est devenu maladif avec le temps. De plus, il lui passe tout et ne l'engueule que très rarement. Pour son dernier Noël, l'enfant a exigé un singe et même si l'idée ne l'enchantait pas, Rodan a fini par céder, comme toujours. ✖️ L'amour le dégoûte. Il n'en parle pas mais les souffrances dues à sa rupture avec Charlize sont toujours présentes quelque part en lui. ✖️ D'ailleurs il lui en veut toujours amèrement et cela se sent dans sa manière de s'exprimer en sa présence. Agressif et impatient, il donne l'impression de toujours la prendre de haut. ✖️ Il préfère les femmes plus jeunes, ce n'est un secret pour personne, il a épousé sa femme lorsqu'elle n'avait que vingt ans et lui vingt-sept. ✖️ Il aime toujours son ex-femme, c'est indéniable. La voir quotidiennement ne l'aide pas à tourner la page. Malgré leurs nombreux différends, il continue de garder un œil sur elle, mais à distance. ✖️ Il manque parfois d'humour mais certainement pas de sarcasme. ✖️ Quand il n'est pas à la mairie, il est envoyé sur le terrain, ses journées sont pour ainsi dire toujours très longues. Il n'a pas une seconde à lui. D'ailleurs, exemple concret, il ne se souvient même plus de la dernière cuite qu'il a prise.

    I DON'T HAVE ANYTHING TO HIDE.


      AVATAR : Cillian Murphy mrgreen
      PSEUDO : Sissi aka la fille qui ne peut résister à un beau regard
      Où avez-vous connu le forum ? Sous le masque de Scarecrow
      What else ? Parfois j'aime notre tendance à être si faibles Arrow
      ©️ thescarydoctor, tumblr


_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.


Dernière édition par Rodan Sherman le Mer 15 Aoû - 21:41, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 14:11

    A STORY THAT WILL TORTURE YOUR THOUGHTS BY DAY AND POISON YOUR DREAMS BY NIGHT.



On the ground I lay, motionless in pain. I can see my life flashing before my eyes. Did I fall asleep ? Is this all a dream ? Wake me up, I'm living a nightmare.


« Bouclez tout le périmètre. Je ne veux voir personne entrer ou sortir de cet immeuble. »
« Bien, monsieur. »
« Je vous interdis formellement de quitter votre poste tant que ce malade n'est pas enfermé entre nos murs, c'est bien compris ? » Les quelques agents alignés devant lui hochèrent positivement la tête d'un geste commun. Cela faisait à présent deux ans que le gouvernement tout entier courrait après ce dégénéré mental qui osait se proclamer leader de la cause mutante alors qu'il agissait principalement seul. En rien il ne guidait les rebelles contre les dirigeants politiques, même s'il prétendait le contraire. Il n'était à la tête d'aucune espèce de réseau si ce n'était le sien ; autrement dit celui des fous furieux dont les troubles psychologiques dépassaient la démence. Par ses actions, il ne faisait qu'accroître la haine des hauts placés à l'égard de ceux qui refusaient de se soumettre à leur autorité pourtant reconnue. Il salissait l'image de la rébellion et de ses nombreux mutants sincèrement motivés et défendant les causes qu'ils pensaient justes et droites. Mais le pire dans toute cette histoire, du point de vue de Rodan, c'était le nombre de personnes placées sous ses ordres tuées par la main de cet aliéné. Une enquête sérieuse et un travail acharné les avaient finalement conduits jusqu'à ce building miteux dans un quartier malfamé à la périphérie de la ville. Au rez-de-chaussée se tenait un restaurant chinois qui, dans l'ensemble, ne payait pas de mine et dissimulait certainement des trafics très bien déguisés. Mais la raison première de leur présence sur les lieux ne concernait qu'un seul homme, leur mission, Daniel Powell, désormais considéré comme tueur en série et terroriste. L'équipe chargée de recenser les mutants était l'unique cible de cet homme – quand il ne menaçait pas de s'en prendre directement au maire lui-même – et même si l'état cherchait constamment à étouffer l'affaire en graissant la patte aux journalistes véreux, chacun de ses coups résonnaient comme des actes anarchistes grandement médiatisés. L'homme n'était pas connu pour faire dans la demi-mesure et dans le discret. Il allait jusqu'à tuer ses victimes de sang froid dans des endroits très fréquentés, utilisant même le feu ou des explosifs pour marquer l'événement.

Alors que ses agents et lui se déployaient dans tout l'immeuble, Rodan pénétra le premier dans le restaurant et examina chacun des visages présents, désormais tous rivés dans sa direction. Personne n'osait prononcer la moindre parole, comme si leur arrivée avait été annoncée un peu plus tôt. Ni surprise, ni crainte, tous les prétendus clients se contentaient de l'observer silencieusement comme s'il s'agissait d'une créature étrange. Même lorsqu'il se munit discrètement de son arme à feu, ni les quelques personnes assises ni le personnel ne bougèrent. Le lourd silence rendait l'air plus pesant, une mouche n'aurait eu aucun mal à se faire entendre à ce moment précis. Ne préférant pas s'éterniser, le trentenaire s'engouffra dans l'arrière-boutique où seuls deux asiatiques discutant tranquillement s'étaient tus à son arrivée. Il rebroussa aussitôt chemin, se dirigea vers les toilettes communes et ouvrit lentement la porte, son arme serrée près de lui. A peine avait-il fait deux pas à l'intérieur qu'il se sentit attiré sauvagement vers l'arrière par le col avant d'être poussé contre un mur, sa main lâchant alors son arme au contact du carrelage froid contre lequel elle s'était écrasée.
« Monsieur l'adjoint en personne se déplace pour moi ? Je me sens tout de suite beaucoup plus important. » L'homme donna un coup de pied sec dans le revolver pour l'envoyer vers le fond de la pièce dans la dernière cabine de toilettes. « Le quartier tout entier est cerné, cette fois tu ne pourras pas t'échapper Daniel. » Les deux hommes se jaugèrent du regard à tour de rôle avant que le dénommé Daniel ne se mette à rire à gorge déployée. « Les autres refusaient toujours de me croire quand je leur disais que tu savais plaisanter. Moi, je t'ai toujours trouvé drôle. Petit mais drôle. » Les paroles n'avaient jamais eu de véritable effet sur Rodan qui maîtrisait parfaitement l'usage de son esprit et comment le protéger des attaques potentielles. Hélas il existait des menaces auxquelles il ne savait pas se fermer et pour lesquelles il ne saurait sans doute jamais le faire. Daniel Powell, grand barbu et ancien collègue, semblait connaître ses points faibles et comptait bien faire pencher la balance en sa faveur en tirant sur les bonnes ficelles.

« Comment va Charlize ? Ça doit bien faire des années que je ne l'ai pas vue. » Étrangement silencieux, Rodan serra fermement les poings à s'en déchirer les jointures. Il ignorait tout des plans de Daniel mais il était persuadé que le chemin choisi par ce dernier n'était pas le meilleur à emprunter. « Tu crois qu'elle accepterait de me recevoir si je passais lui rendre visite chez vous ? » La respiration rapide, l'adjoint du maire se mordit l'intérieur de la joue jusqu'à sentir le goût métallique de son propre sang envahir sa bouche tout en faisant de petits pas dans la pièce. « Ton petit manège ne fonctionne pas avec moi, Daniel. » L'intéressé se mit à rire une nouvelle fois. « Oh vraiment ? » Il s'approcha progressivement de Rodan et le contraignit à reculer de plusieurs centimètres. « Tu ne sortiras pas de cet immeuble en homme libre. » Siffla-t-il en réponse entre ses dents. « Bien ! » S'exclama son interlocuteur. « Je te reconnais davantage dans ces mots. » Il entreprit de lui tapoter la joue comme on le ferait pour un enfant mais Rodan interrompit son geste en interceptant son poignet qu'il serra excessivement fort entre ses doigts. « Tu sais, j'ai vu ton fils l'autre jour. Il a bien grandi. » Sa main désormais devenue moite enserra toujours plus son poignet dont il tira la peau sans aucune douceur. L'ancien policier ne semblait même pas affecté ni dérangé par ses gestes, il continuait de parler comme si la conversation était anodine. Néanmoins, son regard prit subitement une teinte beaucoup plus sombre lorsqu'il prononça les paroles suivantes : « Je sais où le trouver Sherman, un seul faux pas de ta part et... » Mais Rodan se jeta aussitôt sur lui, brandissant son poing vers son visage. « Je t'interdis de toucher à un seul cheveu de mon fils, espèce d'ordure ! » Malheureusement le mutant se baissa habilement et le poing du jeune homme vint alors s'écraser contre le miroir mural accroché au-dessus d'un lavabo dont le verre se brisa entre ses doigts à présent ensanglantés. Doté d'une force surhumaine, Daniel l'agrippa par une poignée de cheveux et lui tapa sans ménagement la tête contre le rebord du lavabo avant de l'envoyer valser au loin contre la porte d'une cabine. L'attrapant ensuite par une jambe, il le traîna sur plusieurs mètres en dehors des toilettes mais bien décidé à se débattre, Rodan parvint à se libérer de son emprise en effectuant un coup de pied bien envoyé. Mais les deux hommes n'en restèrent pas là pour autant. Le barbu se pencha vers lui, agrippa sa cravate et le força à se remettre debout avant de placer ses deux mains autour de son cou dans le but flagrant de l'étrangler. Ne touchant désormais le sol que du bout des pieds, Rodan étouffa un gémissement de douleur due à la strangulation. Plaquant sa main contre le torse de son agresseur – à l'emplacement exact de son organe vital – ses phalanges se crispèrent douloureusement alors qu'il lui pompait pratiquement tout le sang circulant autour de son cœur par la seule force de ses doigts. Les forces des deux hommes s'amenuisèrent peu à peu des deux côtés puis un coup de feu retentit. Il n'aurait su dire s'il avait été la cible de cette attaque ou encore s'il avait été touché par la balle, car tout comme Daniel il s'effondra au sol à la manière d'une marionnette désarticulée.

« Il a catégoriquement refusé de se rendre à l'hôpital. » Le souffle court et les yeux sombres, Charlize toisa du regard le jeune agent qui venait de raccompagner son mari. Ce dernier haussa simplement les épaules pour démontrer qu'il n'avait pas eu le choix car même à l'agonie, Monsieur Sherman avait promis de faire de sa vie un enfer s'il ne le ramenait pas aussitôt chez lui. « Rodan ! » Meugla-t-elle après avoir congédié le petit jeunot. « Qu'est-ce que tu fais bon sang ? » Elle courut jusqu'à lui pour se placer devant la porte fermée de la chambre de leur fils. « Il dort... » Murmura-t-elle avec une pointe d'émotion dans la voix en se retrouvant face au visage amoché de son époux. Les querelles entre eux avaient beau se succéder ces temps-ci, il restait le père de son enfant, l'homme qu'elle avait choisi d'épouser, celui qu'elle aimait malgré les difficultés. « Parle-moi. » Lui intima-t-elle en tendant lentement sa main vers lui. « S'il te plaît... » Poursuivit-elle en glissant soigneusement le bout de ses doigts sur sa joue. S'il la laissa faire dans un premier temps, il se déroba dès sa deuxième tentative de contact et tourna la tête. Elle avait juste besoin de l'entendre, ils ne parlaient plus, la communication avait été rompue, de plus il ne pouvait rentrer à la maison suite à un événement comme celui-ci et prétendre pouvoir reprendre le cours de son quotidien comme si rien ne s'était produit. « Je vais prendre une douche. » Lâcha-t-il sans la moindre émotion, ni dans la voix ni dans le regard. Le bleu de ses yeux semblait avoir perdu de sa magnificence, l'étincelle qui les illuminait habituellement l'avait quitté. Il la repoussa ensuite gentiment avant de se diriger vers la salle de bain dans laquelle il s'enferma à double tour.


    You better know that I have conditions. I make the rules and I make decisions. And I want nothing less than what I deserve.


« La mutante reste introuvable. »
« Je vous demande pardon ? » Penché sur son bureau, Rodan fit glisser son doigt sur l'écran tactile de son ordinateur avant de lever un regard désintéressé en direction de sa secrétaire.
« Le rapport de l'équipe envoyée sur place indique qu'ils ont perdu sa trace plus tôt dans la soirée. »
« Perdu sa trace ? » Répéta-t-il d'une voix pâteuse en fronçant le nez, ce qui fit glisser ses lunettes sur le bord de ce dernier.
« Oui, Monsieur. »
« Pouvez- vous m'expliquer comment ont-ils pu perdre sa trace ? » Malgré son ton calme, le silence de la jeune femme laissait entendre qu'elle n'était pas en mesure d'apporter de plus amples informations sur le sujet. « Apparemment non, » souffla-t-il pour lui-même alors qu'il s'enfonçait confortablement dans le fond de son fauteuil en cuir. « Trouvez-vous cela compliqué, Mademoiselle, de suivre un pauvre signal pour lequel tout est déjà indiqué dans nos bases de données ? »
« Justement, à ce propos Monsieur. Le signal n'émet plus aucune fréquence depuis deux heures à présent. »
« Et vous me prévenez seulement maintenant ? » Gronda-t-il en se massant les yeux avec son index et son pouce simultanément. « Est-elle morte ? »
« Je n'en sais pas plus, Monsieur. »
« Ah, vous n'en savez pas plus... » Dit-il dans un rictus faussement amusé. « Je vous ai fait part d'une seule et unique indication, Abbie, qu'elle me soit remise vivante. » Il se remit debout, exaspéré, tout en soupirant grossièrement. « Des incapables, des incapables... » Murmura-t-il dans sa barbe alors qu'il attrapait sa veste et la plaçait sur son avant-bras. « Dites à l'agent Pennyworth que je me chargerai de cette histoire en personne à la première heure demain, étant donné qu'il faut tout faire soi-même. »
« Bien Monsieur, » répondit la blondinette d'une voix monotone, toujours plantée dans l'encadrement de la porte. Décidément, il regrettait cette chère Greta. Charlize avait lourdement insisté pour que son mari la licencie mais en plus de son physique avantageux, elle possédait un cerveau en parfait état de marche, contrairement à cette brindille – ou plutôt chose – qui lui faisait face présentement. Désolant et affligeant pensa-t-il. Oui, Monsieur. Non, Monsieur. Pouvait-on s'il vous plaît lui rappeler la raison de sa présence ici ? Car à part sa chevelure d'or, la jolie secrétaire ne semblait pas avoir grand-chose à vendre. Du moins, rien qui n'avait une once de valeur dans ce grand bureau. Après avoir rassemblé l'ensemble de ses affaires, l'adjoint du maire interrompit subitement sa marche devant Abbie qu'il détailla d'un air peu convaincu alors qu'il secouait négativement la tête de gauche à droite. « Non, je n'aime définitivement pas vos chaussures. » Lança-t-il telle une banalité quelconque. Les chaussures en question étaient tout ce qu'il y avait de plus classique. Des escarpins noirs dont le seul tort résidait dans la taille des talons qui avoisinaient certainement les quinze centimètres. La jeune femme pouvait bien se percher sur des échasses excessivement grandes si l'envie l'en prenait, cela ne lui donnait pas pour autant plus de crédibilité aux yeux de son supérieur. Bien au contraire la voir ainsi plus haute que lui, lui donnait presque de l'urticaire. « Bonne nuit, Abbie. » Avec un mince sourire hypocrite, il la gratifia d'une petite tape sur l'épaule qui ne pouvait présager qu'une seule chose : son licenciement imminent.

Sa montre affichait 01:56 lorsqu'il passa la porte de son vaste appartement de luxe. Abandonnant sa veste et sa sacoche dans l'entrée, il se déplaça à pas feutrés jusqu'au salon où la télévision continuait de fonctionner pour les sourds car la baby-sitter attitrée d'Harley dormait à poings fermés sur le canapé. Venant s'agenouiller devant le sofa, il lui retira lentement la télécommande des mains et appuya sur un bouton qui éteignit aussitôt l'écran.
 « Cassiopeia ? » Demanda-t-il dans un chuchotement faible alors qu'il faisait doucement glisser son index le long de sa joue pour la réveiller. C'était un prénom à dormir debout mais il aimait bien le prononcer dans sa totalité. Son désir de ne pas la brusquer fut vain car la jeune femme se redressa dans un geste un peu trop brusque et rapide à son goût. Peut-être était-il un brin paranoïaque mais il ne pouvait s'empêcher d'examiner les gens et les comportements suspects, c'était son job après tout. Une seconde nature à présent. La petite brunette figurait sur la liste de ceux dont il fallait se méfier, car malgré un casier vide il ne savait pas exactement quoi penser à son sujet. Elle lui semblait si frêle, si vulnérable, si innocente et à la fois tellement pleine d'assurance. Il n'était pas naïf pour un sou mais souhaitait réellement lui offrir le bénéfice du doute. Sa candeur était peut-être sincère. Pourquoi toujours penser à mal ?

« Pardon, je ne voulais pas t'effrayer. » Affirma-t-il tout en se remettant debout.
« Quelle heure est-il ? » Demanda Cassie, visiblement un peu déboussolée.
« Deux heures du matin. Je sais que je t'avais dit que je rentrerais vers minuit mais j'ai été retenu. » Son intonation était faible, sans doute pour ne pas réveiller son fils, mais ses yeux cernés démontraient que la fatigue y jouait pour beaucoup aussi.
« Ce n'est rien... » Rétorqua aussitôt la jeune femme, étirant ses lèvres en un large sourire qu'elle affichait la plupart du temps.
« Tu peux passer la nuit ici, si tu veux. Ce n'est pas la place qui manque. » Il la fixait de ses yeux d'un bleu transparent, sans ciller.
« Merci mais je préfère rentrer. » Rigola-t-elle ouvertement, ne prenant de toute évidence pas ses paroles au sérieux alors que Rodan ne plaisantait pas. D'accord, sa proposition n'était sans doute pas totalement désintéressée, mais si elle craignait de repartir à cette heure avancée de la nuit, elle pouvait très bien occuper la chambre d'amis, il n'y voyait aucune objection.
« Bien, » dit-il simplement tandis qu'il la regardait distraitement remettre ses chaussures. « Laisse-moi te faire raccompagner au moins. »
« Rodan... » Soupira-t-elle avec amusement, presque mal à l'aise. 
« Cassie. » Répondit-il bêtement en la suivant jusqu'à la sortie. Seulement lorsqu'elle franchit le seuil de la porte, il fit un pas dans le couloir pour la retenir par le bras« Walter, le réceptionniste, te fera parvenir une voiture. » Les deux protagonistes échangèrent un regard qui prit une tournure intense à cause du long silence qui suivit. « J'insiste. » Trancha-t-il avec fermeté, sans vraiment lui laisser le choix de refuser son offre. Ce ne fut qu'au moment où elle hocha doucement la tête qu'il consentit à la relâcher. Rodan avait parfois – pour ne pas dire tout le temps – cette fâcheuse manie de sonder les autres avec ses iris dont la couleur peu commune avait tendance à faire perdre contenance la majorité de ses interlocuteurs. Et pour la énième fois avec la jeune femme, c'était exactement ce qu'il faisait à ce moment précis, ce qui rendait difficile pour elle l'analyse de ses intentions. « Je passerai à la boutique demain pour t'apporter ce que je te dois. » Il aurait pu lui donner l'argent tout de suite mais préférait prétendre ne pas en avoir sur lui. Rodan Sherman, ne pas avoir de cash ? Très peu crédible, certes, mais la jolie fleuriste ne posait jamais trop de questions. Et puis il ne loupait jamais une occasion d'enrager gratuitement Charlize avec l'une de ses visites impromptues et déplacées.
« Bonne nuit. » Murmura Cassie tout en disparaissant dans la cage d'ascenseur. Bien entendu, une fois seule, l'alien cessa les innombrables sourires abusifs au profit d'une expression qui lui ressemblait davantage. Elle passa devant le prénommé Walter mais ne s'arrêta même pas à sa hauteur et poursuivit son chemin vers l'extérieur, confiante. Il n'existait ni homme ni mutant susceptible de l'arrêter, de jour comme de nuit.


Figuring out you and me is like doing a love autopsy. They could operate all day long and never figure out what went wrong.


« Harley, tu es prêt ? »
« Bientôt ! »
« Tu me répètes ça depuis vingt minutes maintenant. » Assis sur le canapé du salon, Rodan commençait légèrement à s'impatienter. Son index allait et venait sur l'écran tactile de son téléphone portable, faisant ainsi glisser les différentes applications, mais son geste était purement instinctif car ses yeux n'étaient même pas dirigés vers l'appareil. « Je ne me suis pas séparé de ta mère pour que tu prennes sa relève. » Marmonna-t-il avec une pointe de mauvaise humeur dans la voix, l'enfant étant situé bien trop loin pour entendre ces paroles. De toute manière, il avait prononcé ces mots pour lui-même et non dans le but de blesser son fils qui pourrait, malencontreusement, aller répéter ces propos à la principale concernée. Ce qu'il avait très certainement dû faire dans le passé, mais à présent le jeune adjoint prenait soin de ne pas s'exprimer à voix haute devant Harley. Bien que faisant souvent preuve d'une intelligence au-delà de la moyenne générale, il restait un enfant de six ans qui ne maîtrisait pas toujours le langage des grandes personnes. « Mais qu'est-ce que tu faisais, bon sang ? » S'enquit Sherman en se remettant promptement debout lorsque son fils réapparut, son mini sac à dos placé maladroitement sur l'épaule. Le petit garçon haussa simplement les épaules sans rien ajouter de plus, malgré le regard insistant que lui adressa son père. « J'espère que tu n'as rien oublié cette fois, Harley. Je te préviens, il est hors de question que tu me refasses le même coup qu'il y a deux semaines. » Rodan soupira doucement face au regard – certes d'un bleu aussi désarmant que le sien – attristé que lui lança son fiston, pas plus haut que trois pommes. « Je t'ai déjà expliqué que je ne pouvais pas sortir de réunion simplement pour te ramener Alfred. » Affichant un sourire espiègle, le petit garçon brandit son ours en peluche – nommé Alfred donc – devant lui, fier et surtout conscient que son père était à ses petits soins malgré le poste important qu'il occupait à la mairie. « Bon, mettons-nous en route rapidement. Je ne veux pas m'attirer les foudres de ta mère. » J'ai suffisamment été malmené jusqu'à présent, songea-t-il fortement. « Tu sais qu'il ne faut surtout pas la mettre en colère, n'est-ce pas ? » Devant la grimace qu'esquissa son père, Harley se mit à pouffer de rire, le laissant replacer convenablement son sac sur son dos.

Une petite sonnerie retentit dès que l'enfant passa les portes de la boutique de fleurs de Charlize, bientôt suivi par son paternel qui, visiblement, traînait un peu les pieds. A dire vrai, il n'était jamais vraiment ravi à l'idée de pénétrer dans cet endroit. Il ne s'agissait que d'une simple couverture mais l'impression de suffocation qui l'étranglait chaque fois qu'il arrivait sur les lieux était tellement grande qu'elle le prenait radicalement aux tripes. Il ne voulait pas être là et cela se lisait très clairement sur l'expression de son visage tendu. Même s'il tentait quelques sourires discrets, cela ne faisait qu'accentuer le côté menaçant qu'il arborait quotidiennement et presque naturellement. Il adressa un simple regard entendu à Cassie qui présentement s'occupait d'un client plutôt pénible, l'homme était hésitant et changeait toutes les deux secondes d'avis sur la constitution de son bouquet de fleurs.
« Papa ! Papa ! » S'égosilla à pleins poumons le gamin qui était revenu en courant après avoir disparu dans l'arrière boutique plusieurs minutes. « Maman est malade. » Rodan réprima son envie, pourtant grandissante, de faire un quelconque commentaire sur l'état mental de son ex-femme et se contenta de froncer les sourcils. « Elle vomit partout. » Exagéra volontairement Harley – trait qu'il tenait très certainement de lui – en une grimace de dégoût mêlée à de l'inquiétude. « Reste avec Cassie, je vais aller la voir, d'accord ? » Ce fut d'un pas lourd, mais un minimum pressé, qu'il passa de l'autre côté de la boutique pour rejoindre Charlize qui était assise à genoux devant les toilettes. « Je comprends mieux maintenant pourquoi je n'ai pas reçu d'appel assassin de ta part concernant mon retard. » Mais la jeune femme ne lui prêta aucune espèce d'attention. Elle ignorait elle-même la raison de son état, ce n'était pas bien grave, le repas commandé du midi avait très certainement du mal à passer mais à présent il ne s'agissait plus de son unique problème. La présence de Rodan la dérangeait grandement. « Tu es enceinte ? » Demanda-t-il avec un peu trop d'empressement pour une personne en apparence totalement désintéressée. Il s'était même rapproché de plusieurs pas jusqu'à se tenir contre l'encadrement de la porte. Le regard noir et foudroyant que lui adressa la jeune femme lui indiqua qu'il allait un peu trop loin dans ses questions. « Va t'en, s'il te plaît. » Mais au lieu de s’exécuter, Rodan s'approcha davantage avant de s'accroupir à ses côtés, un air sérieux sur le visage. « Harley est ici, tu peux partir maintenant. » Plissant légèrement les yeux, il examina avec attention chacun de ses traits qu'il connaissait pourtant par cœur. « Liz, es-tu enceinte ? » Sa voix était faible, son ton presque inquiet et son regard incertain. « Tu es cinglé. » Souffla la jeune femme en secouant vivement la tête de gauche à droite. « Je le droit de savoir. » Renchérit-il, le regard insistant. Cette posture, cette mine effroyable... Il avait l'impression de revenir plus de six ans en arrière, avant la naissance de son fils. A cette époque, il était presque heureux de pouvoir être celui qui lui tenait les cheveux pendant qu'elle vomissait sans grande classe dans les toilettes. Aujourd'hui il n'était plus le bienvenu dans sa vie, mais cela ne l'empêchait aucunement de maudire tous les hommes qui se risquaient à l'approcher d'un peu trop près. Elle avait donné naissance à l'être qu'il chérissait le plus sur cette planète, elle était la mère de son unique fils, ce qui lui conférait une place d'honneur dans son cœur malgré tout ce qui pouvait les opposer l'un à l'autre. Et il n'était vraisemblablement pas en mesure d'accepter une nouvelle grossesse de sa part. Ce ventre ne pouvait concevoir la vie qu'à l'aide d'un seul homme : lui. « Tu es complètement fou, ma parole ! » Cria Charlize sans se rendre véritablement compte du ton employé alors qu'elle repoussait son ex-mari d'un geste rageur. « Laisse-moi tranquille, veux-tu ? Je ne suis vraiment pas d'humeur pour tes plaisanteries qui ne font rire que toi. » On percevait facilement l'énervement dans sa voix mais à en juger par la manière dont elle le regardait, le message délivré était différent. Sans doute était-ce dû au visage presque bouleversé qu'il affichait tandis qu'il s'empressait de se remettre debout. Sans lui adresser la moindre parole, il se retourna et rebroussa chemin jusqu'à la boutique. Il n'échangea pas non plus un seul regard avec Cassie et déposa à peine un baiser sur le sommet du crâne de son fils avant de quitter les lieux à vive allure comme si le temps lui était compté.

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.


Dernière édition par Rodan Sherman le Jeu 16 Aoû - 16:58, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 14:44

GIFS calin
Revenir en haut Aller en bas
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 14:50

I love you heart2 21

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopeia Buckhurst
SICK AS MY SECRETS
but never going to tell.
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 83
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 15:07

VISAGE mrgreen

_________________

    how did this begin and turn in such inhumanity?
    Here I begin to fail the steps of a battle without sense. I've nearly began to understand as I grown my way. There is no light out of all the places, there is no sign of our help, there is no time and a chance of relations. What if I choose to live? Living in a dangerous womb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isvàn Kossuth

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 18
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 17:35

15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 19:54

YAAAAAAAAH cowboy

I love you 15 Pour vous deux

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter D. Holloway

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 32
Adresse : Asylum
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: en cours de reflexion
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 22 Juil - 20:05

Hello there (j'ai une faiblesse pour les yeux bleus XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Lun 23 Juil - 14:35

Ce ne sont plus des yeux bleus qu'il a Cillian, c'est un océan qu'il possède à lui seul
calin

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter D. Holloway

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 32
Adresse : Asylum
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: en cours de reflexion
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Lun 23 Juil - 16:37

Oooow c'est poétique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Sam 28 Juil - 20:52

J'aimerais pas être à la place de la secrétaire de Rodan
Revenir en haut Aller en bas
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Sam 28 Juil - 23:39

Il a un sérieux problème chronique avec les grandes blondes study

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isvàn Kossuth

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 18
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 19 Aoû - 17:46

Rodan Sherman a écrit:
« Tu me répètes ça depuis vingt minutes maintenant. » Assis sur le canapé du salon, Rodan commençait légèrement à s'impatienter. Son index allait et venait sur l'écran tactile de son téléphone portable, faisant ainsi glisser les différentes applications, mais son geste était purement instinctif car ses yeux n'étaient même pas dirigés vers l'appareil. « Je ne me suis pas séparé de ta mère pour que tu prennes sa relève. »



Heureusement qu'il se rattrape sur la fin. Enfin la toute fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodan Sherman
SEARCH AND DESTROYI'm no hero, guilty as charged.
avatar

Nombre de messages : 56
Age : 29
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power: contrôle du flux sanguin.
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 19 Aoû - 17:55

Embarassed



:out:

Attends, tu comprends pas, son cœur a failli s'arrêter quoi Shocked Arrow

_________________

You remind me of a time when I felt alive.
Dead inside. My heart and soul flatlines, put your mouth on mine and bring me back to life. Dead inside, no other satisfies. My blood runs dry, take my life. Save me from this death inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isvàn Kossuth

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 18
Date d'inscription : 21/07/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   Dim 19 Aoû - 18:09

Dawwwwwww, c'est mignon comme tout. Et super beau. Si Charlie n'était pas en train d'éjecter la moitié de son estomac, elle aurait été touchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rodan | I respect the mind's power over the body. It's why I do what I do.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Non respect de la loi anti-tabac
» Le respect et l'écoute de l'autre dans le droit.
» Avec tout mon respect..
» Le respect et les entités
» "Respect de la personne" : définition par l'Etat maçon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Action Heroes :: COME HERE FANTASTIC :: WHO ARE YOU ? :: JUST BE WHO YOU ARE-
Sauter vers: