Partagez | 
 

 We all have secrets [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: We all have secrets [R.]   Jeu 21 Juin - 23:31

Le jeune inventeur commençait à se demander s’il méritait encore d’être appelé comme ça. Car depuis quelques semaines, il n’était plus vraiment au point et ne savait plus quoi inventer comme si son esprit était bloqué et il ignorait comment se sortir de cette situation qui était encore inédite pour lui. Ce soir était encore la preuve qu’il pataugeait puisqu’il était sorti dehors dans le but de tester sa dernière invention – ce qui était sensé être génial puisque, enfin, il avait l’impression de revivre et de retrouver ses esprits – car en effet, Harry avait mis au point une machine qui permettrait de sauter à une hauteur d’un immeuble de dix étages. D’accord, à la base, il souhaitait créer une machine qui pourrait permettre de voler mais c’était une idée encore beaucoup trop ambitieuse et dangereuse si elle ne fonctionnait pas correctement et puisqu’il n’était pas dans son état normal en ce moment, il s’était lancé sur autre chose, tout aussi pratique selon lui. Il avait inventé un prototype à placer sous la chaussure, l’idée était de prendre de l’élan et ce système servirait à booster un petit saut en un grand capable de vous lancer dans les airs et surtout d’échapper à des situations délicates surtout si vous êtes un mutant en fuite. Alors oui, il avait hâte de tester sa toute nouvelle invention et pour cela, il s’était rendu dans une ruelle à l’abri des regards et s’était lancé dans les tests. Il avait commencé à courir et à sauter et comme prévu il s’était envolé à quelques mètres du sol, il n’était pas arrivé très haut lorsque son appareil avait commencé à faire des étincelles et ce n’était jamais un bon signe. Harry commença à paniquer, il y avait de quoi, il se sentait déjà tomber et la chute ne serait pas fatale mais douloureuse. L’inventeur tenta de se rattraper au mur mais tout ce qu’il y gagna fut une belle égratignure au bras puis il tomba finalement au sol où son genou claqua. Il resta un moment au sol qui à cet instant lui sembla bien confortable, bien plus que l’idée de se lever et de marcher jusqu’à chez lui. Mais éventuellement Harry se releva et retira son prototype de sa chaussure violemment tout en se demandant où il avait bien pu échouer.

Et c’est ainsi qu’il retourna, dépité, chez lui. Comment était-ce possible ? Comment avait-il pu passer d’inventeur génial qui pouvait se permettre de vendre ses créations à un prix exorbitants à ce type qui rentrait chez lui en boitant ? Quelque chose le perturbait. Enfin, c’était plutôt quelqu’un. Robyn. C’était depuis qu’il avait accueillie la demoiselle chez lui que tout allait de travers. Mais il n’était pas en train d’accuser la jolie blonde, non elle n’y était pour rien, c’était bien lui qui avait un problème car depuis qu’elle avait fait son apparition il ne faisait que se planter, sans doute la conséquence d’une présence féminine chez lui. De plus, la compagnie de Robyn était devenue agréable – dans un premier temps, il trouvait ça bizarre. Une fille chez lui, quelle idée ! – Et au fur et à mesure il avait commencé à s’ouvrir et à parler – beaucoup – et de ce fait il s’était montré beaucoup moins concentré sur ses inventions, préférant s’intéresser à la blondinette et sur ce qu’elle faisait de ses journées ou ce genre de choses. Ses inventions n’étaient plus sa priorité. Et il s’en voulait de perdre la tête pour une fille.

Etant donné l’heure tardive, Harry rentra en toute discrétion dans son appartement car Robyn devait probablement dormir. Et parce qu’il appréciait énormément la jeune fille, il avait finalement accepté de lui laisser sa chambre depuis quelques jours, chose qu’il avait refusé lorsqu’elle était venue s’installer chez lui obligeant la demoiselle à dormir sur le canapé. Il se fit donc discret alors qu’il se rendait dans la salle de bain dans le but de trouver de quoi soigner cette vilaine égratignure et ainsi cacher à Robyn le fait qu’il s’était blessé. Encore. Mais niveau discrétion, il devrait repasser puisqu’il fit tomber tout le contenu de sa pharmacie sur le sol, provoquant un boucan monstre. Il fit une grimace, puis resta immobile quelques minutes espérant que Robyn n’ait pas un sommeil léger…




[Je promets de faire mieux au prochain Arrow ]
Revenir en haut Aller en bas
Silas Fearnley

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 29
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Dim 24 Juin - 14:04


(c) tumblr

I hang on every word you said and no one could get inside my head like you.
Then I guess I was a fool for you.
But now I understand, it was all part off your plan.

Sa situation avait nettement évoluée en trois petits - ou longs, à voir - mois. Elle n’était plus sujette à cette paranoïa maladive qui la hantait pourtant au plus profond d’elle-même. Tout comme elle avait sérieusement repris confiance en elle et ne paniquait plus à l’idée de mettre un pied dehors. Il fallut à la demoiselle plusieurs semaines de travail psychologique pour parvenir à sortir ; le faire seule s’avéra d’ailleurs enccore plus difficile pour elle. Mais tout ceci semblait désormais loin dérrière elle. Il avait mis un temps certain avant de s’habituer pleinement à son nouveau nom, Robyn Carmichael, qui lui était venu comme ça, sans réfléchir. Curieux de sa part d’ailleurs qu’elle eut inventé cette histoire de toutes pièces aussi facilement. Son désir de « renouveau » devait être plus fort que tout. Elle ne souhaitait à aucun autre mutant de connaître le parcours qu’elle avait traversé avant d’en arriver là. Comme quoi être l’unique fille du maire de la ville ne vous ouvrait aucune porte, bien au contraire, on vous les claquait violemment au nez avant de vous y enfermer derrière. Maintenant que son quotidien semblait s’être un minimum stabilisé, la jolie blonde avait pris de nouvelles habitudes et fréquentait différentes personnes sans toutefois parvenir à accorder son entière confiance. A San Antonio, il ne fallait miser aucune espérance sur personne car même la chair de votre chair pouvait être amenée à vous trahir. La théorie du chacun pour soi prônait généralement dans les quartiers de la ville, les plus sûrs comme les plus malfamés. Robyn le comprenait parfaitement, les temps étant difficiles pour sa caste, il valait mieux faire profil bas et se protéger du gouvernement. Si dans les débuts, la jeune femme s’était faite la plus discrète possible, aujourd’hui la donne avait changé. Bien entendu, elle tenait énormément à sa couverture mais n’hésitait pas à se tremper un peu. Il fallait gagner sa croûte et pour ce faire, la mutante n’avait rien trouvé de mieux que de rejoindre un réseau important de drogues. A dire vrai, elle avait clairement plus de chance de se faire attraper en effectuant une profession banale comme serveuse dans un petit café tranquille qu’en dealant intelligemment des substances illicites auprès d’acheteurs désirant eux aussi garder l’anonymat.

Ce soir là fut des plus calmes. Personne n’eut besoin de ses services, c’est pourquoi elle resta sagement confinée à l’intérieur de l’appartement ; chose qu’elle faisait peu souvent ces temps-ci. Harry avait pris la poudre d’escampette depuis plusieurs heures, ce qui l’obligeait donc à rester seule. Ce n’était pas vraiment un mal quand on voyait son comportement agressif récent - et inexpliqué - avec le jeune homme qui lui offrait pourtant gracieusement un endroit où dormir. Mais depuis qu’elle ramenait à son tour de l’argent au domicile, Robyn s’était mis en tête de pouvoir agir comme bon lui semblait, comme si elle se trouvait chez elle. A n’en pas douter, elle avait de toute évidence bien pris ses aises en trois mois. N’était-ce pas dans le fond ce qu’ils avaient tous les deux souhaité ? Sans doute n’y mettait-elle pas les bonnes formes et couleurs mais elle agissait avec assurance, peut-être un peu trop car cela devenait parfois dérangeant.

Couchée depuis un bon moment, le réveil fut des plus violents lorsqu’Harry fit un boucan d’enfer dans la salle de bain. C’était comme si des objets en verre étaient tombés dans le lavabo tandis que d’autres éclataient brutalement au sol. Dans un sursaut, elle se redressa immédiatement en position assise, dégageant la couverture d’un geste vif. Une chance que le jeune homme lui ait prêté sa chambre ce jour là, autrement l’agresseur n’aurait eu aucune difficulté à s’en prendre à elle dans le salon. Tel un félin, elle se déplaça à pas de velours et ouvrit très lentement la porte avant de se rendre dans la cuisine où elle se munit d’un grand couteau dont elle serra fortement le manche en bois. Elle pénétra ensuite en trombe dans la salle de bain, brandissant son arme devant elle comme une furie mais elle la relâcha aussitôt au sol.
« Harry ? » S’enquit-elle, étonnée, le visage encore tiré par la fatigue. L’anxiété et la panique se traduisait par une chair de poule visible sur ses bras découverts et ses jambes nues seulement vêtues d’un court short. « Tu m’as fait une de ces peurs. » Elle s’approcha doucement de lui et aperçut sa blessure au bras lorsqu’elle voulut ramasser un paquet de cotons. « Tu as encore cherché à jouer au plus malin ? » Demanda-t-elle dans un soupir las. Certes Harry comprenait les mutants mieux que personne mais il n’avait pas à jouer au surhomme pour venir à bout de ses inventions. « Laisse-moi faire. » Ordonna-t-elle à mi-voix en tirant son vêtement vers le haut pour l’inciter à le retirer. Lentement, elle laissa glisser son index autour de la plaie puis attrapa de l’alcool pour désinfecter le tout. Même si elle ne cautionnait pas son comportement, elle nettoya la lésion superficielle avant d’appliquer soigneusement deux compresses stériles qu’elle fit tenir par une bande pas trop serrée autour du bras.

_________________

There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment.


You wanna be more than just friends. I can't go through this again. Stop trying get inside my head. Don't wanna do more than hook up. It's getting stupid cause I should've known but I forgot that you think we're something that we're not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Mar 3 Juil - 16:56

Harry était davantage inquiet par sa carrière de jeune inventeur que par ses blessures superficielles. Ses inventions étaient ce qui lui avait permis de décrocher son indépendance, c’était ce qui lui permettait de vivre, il se faisait pas mal d’argent en vendant ses créations – uniquement réservées aux mutants - et il ne comptait que sur cet argent pour vivre, sans cela il serait obligé de se trouver un emploi, un vrai et même s’il se considérait comme une personne intelligente ou du moins plus que la moyenne il n’éprouvait aucune gêne à le dire, il se voyait mal évoluer tout en étant serveur, il avait sa fierté – l’un de ses nombreux défauts - C’est pour cette raison que ce soir il était si nerveux parce qu’il avait échoué, sa création ne fonctionnait pas. D’accord il ne s’agissait que d’une simple erreur, pas de quoi paniquer. Oui mais le problème était que ce n’était pas la première fois et il commençait à avoir peur. Et puis ce mois-ci, il avait eu du mal à payer le loyer, il n’avait rien dit à Robyn pour ne pas l’inquiéter mais également pour éviter de la voir partir vers un autre refuge car cela il ne pourrait pas l’accepter pas après avoir mis autant de temps à s’habituer à sa présence. Il avait été d’ailleurs ravi de la voir ramener de l’argent, il n’allait pas mentir. Combien de temps allait durer cette situation ? Il ne pourrait pas cacher tout ça encore bien longtemps, il ne s’en sentait pas capable. Il devait rapidement retrouver la raison et se remettre au travail, même si cela signifiait ne plus passer de temps avec Robyn. Lui qui avait vécu si longtemps tout seul, il ne se voyait pas revenir à cette époque car la demoiselle était un véritable soleil à ses yeux, une compagnie agréable dont il ne pourrait désormais plus se passer. Et puis il y avait Drake dont la compagnie était aussi étrange que sympathique, du moins par moment et c’était bien une chose qu’il n’avouerait jamais à ce dernier. Drake était particulier mais Harry l'appréciait beaucoup il appréciait surtout le fait de se sentir protégé lorsqu’il était là, il aimait croire que ce dernier pourrait venir à son secours s’il en avait besoin. Pour quelqu’un se considérant comme étant peu doué avec les gens, il était bien entouré, il pouvait en être fière.


Il avait espéré se soigner tout seul mais il devait se rendre à l’évidence : il n’en était pas capable. Il N’arrivait pas à faire tenir le pansement qu’il avait choisi mais il était ravi d’apprendre que Robyn n’avait pas entendu le boucan qu’il avait fait un peu plus tôt. Enfin, c’est ce qu’il croyait car quelques secondes après il eu la peur de sa vie en voyant débarquer la jeune femme un couteau à la main. Par réflexe il leva les mains en l’air afin de lui faire comprendre qu’il était inutile de l’attaquer et qu’il n’était pas armé. Il constata qu’il n’avait pas à craindre d’éventuels cambrioleurs désormais car il avait son propre garde du corps, discrète et efficace. En revanche lui serait bien incapable de survivre seul vu sa réaction à ce pseudo cambrioleur. Dès demain il contacterait Drake afin de lui demander de l’aider à se défendre ou à attaquer en cas de problèmes.
«Je… » Commença-t-il en voyant la jolie blonde s’approcher, n’ayant pas l’air fâchée. Lui en revanche était gêné. «Je suis désolé, je pensais avoir été discret. Je ne voulais pas te déranger. Tu peux…Tu peux aller te recoucher. » Mais au fond, il avait besoin d’elle.


Il fut surpris lorsqu’elle lui demanda – avec autorité – de la laisser faire. Harry se trouva surtout gêné lorsqu’il se retrouva sans son T-shirt mais il tenta de ne rien laisser paraître et la laissa faire et en quelques minutes il se retrouvait avec un bandage parfait.
«Je voulais juste tester quelque chose » fit-il pour tenter de se justifier. Mais cela ne suffisait sans doute pas, d’autant qu’il était en train de lui cacher le fait que son test s’était avéré être un échec. Il sortir de la salle de bain et se dirigea vers le salon – en tentant de cacher le fait qu’il boitait - où il prit place sur le canapé. Le jeune inventeur était déjà prêt à étudier sa dernière création afin de voir ce qui n’avait pas fonctionné. Il ne pourrait pas se reposer tant qu’il n’avait pas trouvé une solution…
Il tourna la tête vers Robyn, pensant que cette dernière allait se coucher
«Hum…Bonne nuit. » Il n’allait pas la retenir, mais pourtant une part de lui souhaitait encore passer du temps avec elle et c’est pour cette raison qu’il ajouta : «Je ne t’ai pas demandé, est-ce que ma chambre te convient ? Sinon, je pourrais apporter des modifications si tu le souhaites… »
Revenir en haut Aller en bas
Silas Fearnley

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 29
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Jeu 2 Aoû - 22:09

« Tu es incapable d'être discret, » plaisanta-t-elle avec bonne humeur tout en terminant d'attacher le bandage autour de son bras. A dire vrai, elle n'était pas certaine d'avoir déjà vu auparavant une personne aussi maladroite que lui, que ce soit dans ses gestes ou dans ses paroles. Elle savait pertinemment qu'il ne le faisait pas exprès, tout le monde ne naissait pas avec le gène d'assurance dans le fond, mais elle ne pouvait s'empêcher d'en rire, pas méchamment bien sûr. Harry possédait ce petit côté attachant et doux qu'elle n'avait jamais connu chez aucun de ses autres amis. En réalité, la petite blondinette avait toujours eu pour habitude de s'entourer de personnes peu fréquentables ou ayant pour la plupart des problèmes à gogo. Sans doute ressentait-elle à l'époque le besoin incessant de profiter de chaque jour comme si c'était le dernier, quitte à vivre d'excès et d'interdits. Aujourd'hui tout avait changé, son quotidien n'était plus le même, et si au début elle avait regretté sa vie passée, à présent elle n'était plus certaine que cela était le cas. Certes avait-elle fait la connaissance de gens dont les occupations étaient douteuses mais sa plus belle rencontre, elle l'avait devant elle à cet instant précis. Sans le petit coup de pouce de Drake, jamais Robyn n'aurait croisé la route de ce jeune inventeur, elle en était persuadée, et même si elle ne formulait pas sa gratitude par des mots, le mutant avait toute sa reconnaissance et sa sympathie. Chose dont on ne pouvait plus douter à ce jour étant donné les activités charnelles qu'ils partageaient parfois ensemble. Elle avait quitté une existence en chantier depuis plusieurs années pour gagner en échange un beau bordel. Mais quel bordel ! Elle préférait de loin celui-ci à l'ancien. Peut-être tenait-elle cela de son père mais la jeune femme – dont le tempérament bien trempé s'affirmait de jour en jour – ne se montrait pas toujours gentille avec ses proches qui pourtant lui souhaitaient uniquement du bien. Elle était d'ailleurs en train de réitérer ses erreurs passées avec Harry mais à la différence d'avant, elle avait pleinement conscience de ses actes et de la souffrance qu'elle pouvait causer. Tout ce qu'elle voulait, c'était lui démontrer à quel point elle était heureuse de vivre sous son toit et qu'elle tenait à leur amitié mais ce n'était pas toujours évident de s'exprimer à haute voix. De plus, la timidité prononcée du jeune homme avait tendance à la mettre mal à l'aise à son tour, comme si elle était contagieuse.

Elle le suivit de près lorsqu'il quitta la salle de bain pour le salon et, les yeux rivés dans sa direction, elle vit bien que sa jambe aussi avait été blessée dans sa tentative dont elle ignorait tout. Cependant, elle ne fit aucune remarque là-dessus et se contenta de l'observer quand il prit place sur le canapé.
« Tu crois vraiment que je vais pouvoir me rendormir après ça ? » Lui demanda-t-elle d'une petite voix fluette avant de venir s'asseoir à ses côtés. « Ta chambre est parfaite, Harry... » Lentement, elle ramena ses jambes sur le sofa et les replia contre elle avant de les entourer de ses bras pour les tenir. « Mais je continue de penser que tu n'avais pas besoin de me la donner. » Appuyant son visage de côté contre ses genoux, son regard s'attarda sur les traits fatigués du jeune homme qui avait très certainement dû avoir une soirée chargée, en plus d'en avoir de toute évidence bavé avec son invention. « Le canapé est très bien aussi. » Les orteils de ses pieds nus, recroquevillés sur le bord du divan, s'agitaient nerveusement ; signe qu'elle ne savait présentement pas quoi faire ni de son corps ni de ses membres. Mais étant donné l'heure avancée de la nuit, ce n'était vraisemblablement pas le moment d'avoir un pic d'énergie. « Je propose de te restituer ton lit pour cette nuit, tu sembles en avoir bien plus besoin que moi. D'accord ? » Finalement la demoiselle libéra ses jambes et vint s'adosser contre le dossier du canapé, sa main posée sur le coussin de ce dernier dont ses doigts caressaient distraitement le tissu.

Même s'ils avaient tous les deux mis un temps certain avant de s'habituer à la présence de l'autre dans l'appartement, aujourd'hui Robyn ne doutait plus un seul instant de cette colocation. Harry l'avait énormément aidé dans cette pénible épreuve qu'elle avait traversé, certes ne connaissait-il pas l'ensemble de son histoire mais il avait clairement contribué à sa réhabilitation dans le monde extérieur. Bien souvent, elle ressentait le besoin inexpliqué de tout lui avouer mais elle finissait toujours par se trouver des excuses.
« J'ai laissé le couteau dans la salle de bain... » Lâcha-t-elle à mi-voix comme pour se donner une fausse raison de s'éloigner de lui en apercevant sa propre main traîner non loin de la cuisse du grand brun, son index touchant par ailleurs le tissu de son pantalon. Chaque fois qu'ils se retrouvaient seuls tous les deux en pleine nuit ou lors d'un moment extrêmement silencieux, la jeune mutante éprouvait le désir incertain et presque coupable de se rapprocher physiquement de son ami. Timidement, elle releva la tête dans sa direction dans le but de lui expliquer qu'un tel oubli pourrait être dangereux mais aucun mot ne franchit ses lèvres pourtant entrouvertes. Au lieu de cela, elle tendit sa main libre vers lui et passa le bout de ses doigts sur son épaule, longeant les extrémités du bandage.

_________________

There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment.


You wanna be more than just friends. I can't go through this again. Stop trying get inside my head. Don't wanna do more than hook up. It's getting stupid cause I should've known but I forgot that you think we're something that we're not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Jeu 9 Aoû - 21:41

Depuis que Robyn avait fait irruption dans sa vie, l’inventeur se sentait de moins en moins capable de se débrouiller tout seul. Ou de vivre tout seul. Sa présence lui faisait un bien fou même si parfois les situations étaient compliquées et qu’il ne savait pas toujours comment se sortir de celles-ci sans faire une gaffe. Harry n’avait jamais été très doué avec les gens, il n’avait jamais réellement eu d’amis et lorsqu’il s’en trouvait un, il trouvait toujours le moyen de tout gâcher par une parole malheureuse ou par son attitude de jeune garçon plus intelligent que les autres. Même la relation qu’il entretenait avec ses parents n’avait rien d’idyllique, ces derniers trouvaient toujours une raison de ne pas s’occuper de leur propre fils, ce dernier ignorant toujours si c’était de sa faute à lui ou parce que les Thurman étaient incapables d’élever un enfant – ce qui expliquait sans doute la raison pour laquelle il était fils unique. Un enfant était suffisant et ce dernier n’était pas vraiment un cadeau alors en avoir d’autres…- Mais parce qu’il était, pour lui, impossible d’avouer ses fautes il en avait conclu que ses propres parents étaient des lâches et qu’ils ne devaient l’aimer guère étant donné qu’il n’avait pas eu de nouvelles depuis environ six ans, depuis qu’ils étaient partis de San Antonio en laissant un jeune Harry vivre seul dans leur ancien appartement. Bien sûr, c’était le pied au début. Il avait de l’argent déjà gagné grâce à ses économies – Argent gagné au fil des années à l’école lorsqu’il faisait les devoirs des autres élèves pour une certaine somme d’argent et mine de rien cela représentait un petit pactole – puis il s’était lancé dans un business étrange en se lançant dans des inventions qui allait révolutionner le quotidien des mutants de la ville, Il avait toujours été fasciné par ces individus. Ayant vécu tout seul durant tout ce temps, il était compréhensible de le voir si maladroit avec les autres, ayant tendance à dire tout ce qui lui passait par la tête provoquant souvent des catastrophes. Il aurait dû s’abstenir de parler aux autres mais avec Robyn, c’était différent. Elle vivait avec lui et il ne pouvait pas l’éviter à longueur de temps alors il s’était mis à lui parler d’abord un petit peu puis ensuite de grandes conversations sur ses inventions et d’autres choses peu intéressantes. Et il s’avérait que le gaillard avait beaucoup de choses à raconter. Peut être même était-il plus bavard que Drake par moment.
Il avait besoin de la petite blonde, il ne pouvait plus s’en passer.


Et voilà, il s’en voulait de plus en plus de l’avoir réveillée et maintenant elle était en train de dire qu’elle ne pourrait plus se rendormir. Quel idiot.
«Oh. » Lâcha-t-il désolé, ne trouvant rien d’autre à ajouter. Il pourrait s’excuser une nouvelle fois mais il n’en voyait pas l’intérêt, ce ne sera pas des excuses qui allaient aider la jeune femme à retrouver le sommeil alors il se tourna vers elle avec une grimace. Si cela pouvait l’aider, lui non plus ne trouverait plus le sommeil pour ce soir. Puis Robyn remis sur le tapis le fait qu’il n’avait pas besoin de lui laisser sa chambre. «Mais si j’insiste, tu ne pouvais pas rester sur le canapé, tu avait besoin d’intimité » A noter que c’était bien la première fois qu’il pensait aux besoins d’une autre personne que lui même. Harry s’était réveillé un matin et avait vu Robyn endormie sur le canapé – qui, il le savait maintenant, n’était pas très confortable. - et parce qu’il avait appris à apprécier la mutante il avait décidé de lui céder sa chambre aussi simple que ça. «Hmm Pas d’accord. Et le canapé c’est très bien… » Il n’avait pas l’air très convaincu. Bien sûr qu’il aurait aimé récupérer sa chambre et il était d’ailleurs à deux doigts de finalement accepter la proposition de sa colocataire et de passer la nuit dans son lit mais il ne pouvait pas et il se rendait compte qu’il avait besoin de passer pour un dur auprès d’elle. Non il n’aurait pas besoin de son petit confort, il était blessé mais ce n’était rien. Elle ne devait pas aimer les types qui se plaignent tout le temps – Harry tout craché –
Et oui, c’était nouveau cette idée de plaire à la blondinette.


Il ne savait plus quoi dire et ce n’était jamais bon signe lorsqu’il était si proche de la jeune femme car cela signifiait qu’à tout moment il pouvait se mettre à parler de tout mais surtout de n’importe quoi même à une heure aussi tardive. Il jetait discrètement des coups d’œil en direction de Robyn ne sachant pas vraiment quoi faire, comme à chaque fois. Le moins que l’on puisse c’était qu’elle lui faisait perdre tout ses moyens. Alors qu’il était en train de réfléchir à quelque chose d’intelligent à dire, elle se mit à lui rappeler la présence d’un couteau dans la salle de bain ce qui, à l’entendre, pourrait s’avérer être un problème. D’accord, si elle le désirait il irait le chercher lui même. Il tourna la tête vers elle
«J’irais le chercher si tu veux… » lança-t-il doucement alors qu’il remarquait à quel point ils étaient proches maintenant. Il remarquait alors la main de Robyn sur son épaule, sans doute voulait-elle faire quelque chose du pansement pensait-il mais il ne pouvait nier qu’un tel contact était agréable. Ignorant comment réagir – encore – il posa une main sur ses genoux – les cuisses lui semblait bien trop intimes pour lui. Harry n’avait pas énormément d’expériences avec les filles. Certes, il en avait connues mais peut être pas suffisamment c’était d’ailleurs évident lorsqu’on voyait sa façon de réagir à une telle proximité avec une personne du sexe opposé. Il était temps de dire quelque chose. Quelque chose d’intelligent si possible. «Tu es…Une bonne infirmière. » Il y avait mieux à dire mais elle devrait se contenter de ça pour le moment.
Mais après quelques instants, il tenta de se mettre à l’aise et s’enfonça dans le canapé se rapprochant volontairement de Robyn. Son épaule était désormais collée à la sienne et il ne se dégonflait pas. Il tourna la tête vers elle puis après quelques secondes d’hésitations il déposa un baiser innocent sur sa joue à croire qu’il n’avait, en réalité, que douze ans. Puis se sentant soudainement courageux il rapprocha à nouveau son visage du sien puis murmura
«On se fiche de ce couteau, pas vrai ? » Il allait l’embrasser, il allait réellement le faire comme bien souvent et puis qu’est ce qui pouvait l’arrêter ? Son visage n’était qu’à quelques centimètres du sien après tout. Oui mais comme à chaque fois qu’il songeait à l’embrasser il était envahit par le même sentiment : la peur. Peur d’avoir mal interprété les signaux car pour lui, Robyn devait l’aimer un petit peu mais s’il se plantait et tentait de l’embrasser et qu’elle lui demandait de dégager alors il ne saurait plus où se mettre et ne serait plus capable de croiser son regard. Alors que faire ? Ses lèvres étaient tout près des siennes et il ne pouvait décemment pas rester comme ça. Il se décida à poser un sage baiser sur ses lèvres avant de fermer les yeux, ignorant ce qui allait se passer ensuite.



[Catastrophe, Catastrophe Arrow ]
Revenir en haut Aller en bas
Grant Deverell
DOGSBODY
egomaniac profesionnal prick

avatar

Nombre de messages : 176
Age : 28
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power: manipulation mentale.
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Sam 18 Aoû - 14:42

« Bordel de merde ! »

Un craquement désagréable résonna à travers l’entrée de l’immeuble tandis qu’une pluie de gouttes écarlates venaient colorer la vitre jusqu’alors transparente. Dans un râle guttural, Drake tapa contre la porte de verre comme un forcené, attendant qu’une âme charitable ne déverrouille l’accès. Ce qui ne tarda pas. La concierge, qui l’avait déjà vu dans les lieux à maintes reprises, sortit dans son magnifique peignoir rose et vint lui ouvrir. Elle soupira de manière théâtrale en le détaillant des pieds à la tête, ce qui ne plut que moyennement au mutant qui la gratifia d’un regard noir.
« Boucle-la, la vieille, je ne suis pas d’humeur à entendre tes jérémiades à propos de ton carrelage ruiné. » La concierge ouvrit la bouche en signe de choc – jamais personne ne s’était adressé à elle de la sorte en dépit de toutes ses années de service ! – mais fut fort avisée de ne rien rétorquer. Elle savait les gens de son espèce dangereux, surtout lui ; elle n’avait pas eu besoin d’entreprendre de longues et périlleuses recherches pour tout savoir à son sujet, les faits et gestes, l’historique complet de Drake Masterson était un bien public. Après tout, il avait été entièrement créé pour servir la population de San Antonio. A quelques ratés près. « Ce n’était pas très gentil. » Drake serra les poings. Il avait raison, il ne s’était pas montré très sympathique à l’égard de cette pauvre vieille qui n’avait fait que lui rendre service. Alors qu’il avait déjà appuyé sur le bouton d’appel de l’ascenseur, il revint sur ses pas et frappa trois discrets coups à la porte de la dame. « Je vous demande pardon, je me suis emporté. C’est que j’ai passé une très mauvaise soirée, comme vous pouvez aisément le constater. » La concierge, qui avait eu le bon réflexe de n’ouvrir sa porte qu’à moitié, hocha la tête sans grande compassion. « Je comprends, ce n’est pas grave. Bonne nuit à vous, jeune homme. » Drake lui répondit dans un sourire, son visage ne gagnant cependant pas en sympathie puisque son œil droit était injecté de sang et qu’une balafre s’étirait sur la longueur de son visage. « Bonne nuit à vous aussi, vieille... femme... » Le temps de la discussion, l’ascenseur était arrivé puis reparti, ce qui tira un nouveau juron de la part du mutant. Pourquoi le sort lui en voulait-il à ce point ?

« Le sort n’a rien à voir là-dedans, c’est juste toi. »

« Tout le monde a le droit de se plaindre. Si j’ai envie de blâmer le sort, je le blâme. »
« C’est un raisonnement stupide. »
« C’est toi qui est stupide ! »
« Oh, mature, très mature. »

En dépit de la migraine carabinée qui allait de paire avec sa blessure à la tête, Drake parvint à gravir les nombreuses marches qui menaient à son appartement. « Ton appartement, ouais. » Il s’arrêta dans son élan. Ce n’était pas là qu’il voulait se rendre. S’enfermer chez lui, seul, alors qu’il avait besoin plus que jamais d’une compagnie ? Non. Pas envisageable. « Tu devrais le laisser tranquille, te trouver un autre ami, c’est un bon bougre. » Il redescendit les marches encore plus rapidement que la montée.
« Je suis un bon bougre aussi. » « Faux. » « Veux-tu bien la fermer pendant une minute ? » « Non. » « Tu m’énerves. » « C’est normal. » Il était très rare de trouver un véhicule facile à dérober à cette heure de la nuit. Pas de moto, pas de vélo, tout était utilisé ou rangé soigneusement dans des garages hors de prix. Et puisqu’il n’avait pas la tête à voler une voiture, il fut contraint de faire le trajet qui le séparait de Beachwood Lane à pieds. Ce qui ne fut pas une mince affaire, puisque la distance était conséquente entre ces deux lieux qu’il considérait tous deux comme lui appartenant, d’une certaine manière. Néanmoins, cette marche eut le mérite de réparer ses os broyés et de refermer ses plaies, tant et si bien qu’il était presque comme neuf – les traces d’hémoglobines sur sa peau et ses vêtements mises à part – lorsqu’il arriva en face de la maison de Thurman. Son instinct lui intima de ne pas toquer, que ce n’était pas la peine, et il eut effectivement raison puisque la porte était restée ouverte. Ce ne pouvait pas être une coïncidence mais bien une invitation. « Harry ! » lança-t-il d’une voix plaintive tandis qu’il faisait irruption dans le salon. Son appel demeura en suspens un long moment tant il fut surpris par la vision qui s’offrait à lui. « Bah ça alors ! Si on m’avait dit ! » Son visage s’illumina en un large sourire qui contrastait avec les expressions presque horrifiées de ces deux compagnons. En fin de compte, le sort lui réservait des petits traitements de faveur, aussi. « Vous avez osé commencer sans moi ?! »


[ bomb ]

_________________

I've turned into a monster; and it keeps getting stronger.

If I told you what I was, would you turn your back on me? And if I seem dangerous, would you be scared? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough, that this problem lies in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Fearnley

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 29
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Ven 24 Aoû - 23:39

Étrangement, les deux jeunes gens vivaient ensemble – et seuls – depuis plusieurs mois maintenant et pourtant les occasions de se retrouver en toute intimité rien que tous les deux manquaient cruellement aux yeux de la demoiselle. Il n'y avait personne d'autre sous ce toit, alors comment pouvaient-ils passer à côté de moments comme celui-ci ? Robyn ne s'était jamais véritablement posée la question auparavant mais aujourd'hui, et grâce à cette promiscuité nouvellement acquise, la situation soulevait bon nombre d'interrogations. Elle considérait Harry comme un véritable ami à qui elle devait énormément mais au-delà de cela, de quelle manière pouvait-elle décrire leur relation ? Avaient-ils un petit « quelque chose » de plus ? Le jeune homme était si mystérieux et silencieux parfois qu'elle ne savait pas toujours comment l'approcher ni l'aborder sans songer au fait que peut-être elle le dérangeait dans son travail pour les autres mutants et son but premier n'était vraiment pas de lui faire perdre son temps. Elle avait conscience que certaines de ses créations valaient leur pesant d'or, par conséquent il ne pouvait se permettre de risquer un quelconque échec. Du moins c'était ainsi qu'elle percevait son activité particulière, elle était bien loin de se douter que les ratés se succédaient ces temps-ci. Sa compagnie l'apaisait comme sa présence la rassurait agréablement, il lui permettait de garder les pieds sur terre, chose qu'elle avait tendance à oublier de faire chaque fois qu'elle passait la porte de l'appartement. Il y avait la Robyn qui fréquentait de bien drôles de spécimens à l'extérieur et celle que le grand brun pensait connaître, sans compter cette fameuse Alexia qu'elle préférait dissimuler et sur laquelle elle avait très certainement tiré un trait. Néanmoins ils avaient beau se comprendre sans que cela fut véritablement le cas, quoi qu'il en fut la jeune femme appréciait réellement l'instant qu'ils partageaient à cet instant précis en cette heure avancée de la nuit. Elle ne pouvait décemment pas nier et encore moins rejeter son désir pour l'inventeur, certainement pas maintenant qu'il se tenait si proche d'elle physiquement. Combien de fois avait-elle imaginé ce moment ? Les rêves ne comptaient bien sûr pas. Son esprit avait de nombreuses fois songé à des scénarios se rapprochant dangereusement de celui qu'ils étaient en train de vivre actuellement. Bizarrement, dans chacun d'eux, il était excessivement tard comme ce soir, et Harry se laissait guider par son instinct premier en la rejoignant dans le salon. Une idée qu'aujourd'hui elle ne qualifierait plus de totalement folle.

Elle reçut le petit baiser sur la joue avec une pointe de déception mais se garda bien de le lui montrer. Après tout, peut-être n'étaient-ils pas sur la même longueur d'onde ? Elle avait sans doute cru voir des signaux inexistants même si elle ne pensait pas vraiment être ce genre de filles. Finalement, Harry se décida enfin à franchir le pas en l'embrassant certes de manière un peu chaste mais au moins il était venu vers elle le premier, c'était ce qu'elle souhaitait secrètement. Alors qu'il fermait soudainement les yeux, elle se saisit de son visage entre ses deux mains avant de capturer ses lèvres, montrant un entrain nettement plus élevé que le sien. Oui, elle prenait en considération le fait qu'il était énormément timide. Cependant elle ne le lui reprochait aucunement, il avait déjà fait le premier pas et cela ne la dérangeait absolument pas de s'occuper du reste. Sous l'emprise du moment, elle suréleva légèrement son corps en se mettant sur les genoux sur le canapé dans le but de le surplomber sans pour autant interrompre le baiser. Plus les secondes s'égrenaient, plus la jeune femme se laissait glisser contre lui mais ce n'était pas sans compter sur la participation de ce très cher Drake qui déboula dans le salon comme s'il pensait être attendu ou quelque chose comme cela. Se détachant péniblement de son ami, elle soupira doucement avant de lui déposer un ultime baiser au coin des lèvres, le regardant avec une douceur infinie afin de lui faire comprendre qu'elle avait réellement apprécié cet instant et ce malgré l'éruption inopinée du fauteur de trouble qui visiblement n'éprouvait aucune honte à les avoir interrompu dans quelque chose de spécial. Robyn se remit promptement debout et sourit largement, peut-être un peu trop pour être honnête.
« Salut Drake. » Lança-t-elle joyeusement à l'attention du principal concerné tout en passant devant lui. Elle profita de ce moment de répit qu'apportait la venue du jeune homme pour disparaître un court instant dans la salle de bain, où elle s'enferma aussitôt. Elle détestait par-dessus tout faire cela sous le toit de son ami, elle était consciente de risquer gros en agissant comme elle le faisait, mais l'addiction était chaque jour un peu plus grande et gagnait du terrain plus le temps passait. Il lui arrivait régulièrement de se mettre de côté sa propre dose de drogue, celle-là même qu'elle vendait sur le « marché mutant », mais il ne s'agissait plus du seul problème de dépendance qu'elle possédait. Désormais elle venait aussi à se procurer de la cocaïne et la sniffait dès lors que le manque se faisait ressentir ou lorsque son moral commençait tout à coup à flancher de manière inexpliquée. Un minimum consciencieuse – elle ne désirait pas blesser son ami – elle fit les choses bien et proprement surtout, ne laissant aucune trace de son passage rapide dans la salle de bain. Elle attendit deux petites minutes supplémentaires avant de se décider à sortir et les rejoignit alors avec une énergie nouvellement retrouvée. « J'espère que vous m'avez attendu pour poursuivre. » Plaisanta-t-elle pour continuer sur la même lancée que Drake. Elle croisa d'ailleurs le regard de ce dernier au moment où elle se frottait le nez en reniflant mais se détourna immédiatement de lui ; il savait pertinemment qu'elle ingurgitait occasionnellement ou non certaines substances illicites mais il ne la jugeait pas, sans doute parce que ces mêmes éléments n'avaient pas le moindre effet sur sa personne. Mais elle craignait avant tout d'être discréditée aux yeux d'Harry, même si le jeune mutant ne lui avouerait certainement jamais ce détail, car même si elle était entièrement au courant de sa propre bêtise et qu'elle n'était sans doute pas faite pour un garçon comme lui, elle était suffisamment égoïste pour penser à son petit bonheur personnel avant celui des autres.

_________________

There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment.


You wanna be more than just friends. I can't go through this again. Stop trying get inside my head. Don't wanna do more than hook up. It's getting stupid cause I should've known but I forgot that you think we're something that we're not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Dim 26 Aoû - 17:05

Lorsqu’il eu enfin le courage de poser les lèvres sur celles de Robyn, il ignorait quelle serait la réaction de la jeune femme car après tout il avait crû percevoir des signaux de la part de cette dernière et il s’était dit que c’était sans doute là un moment qui pouvait ne plus jamais se produire, un peu comme une étoile filante ou quelque chose comme ça. Alors Il s’était sagement lancé et avait attendu une réaction de la part de la blondinette mais ce qu’il attendait c’était surtout une gifle et elle qui lui demanderait ce qui lui était passé par la tête, alors dans ce cas là, la colocation serait devenue compliquée pour lui. Oui, il était préparé au pire, c’était dans sa nature car dans quel univers une fille comme ça pourrait être attirée par quelqu’un comme lui ? Harry avait une piètre opinion de lui-même lorsqu’il était question de filles, lui qui se considérait comme un génie était loin d’en être un lorsqu’une jolie fille venait croiser son chemin. D’ailleurs il n’avait pas eu énormément de petites amies, ni même de petites histoires. Bien sûr, il lui arrivait d’être attiré par certaines demoiselles comme certaines de ses clientes mutantes qu’il trouvait très jolies mais il ne tentait jamais rien et c’était d’ailleurs assez triste. Mais Harry voyait les choses du bon côté, certes il n’avait pas énormément d’expérience mais au moins il pouvait se vanter de n’avoir jamais eu le cœur brisé et ça, il en était ravi car il ne s’imaginait pas en train de déprimer et de errer dans son appartement comme une âme en peine tout cela à cause d’une fille, il n’avait jamais compris les personnes qui pouvaient réagir comme ça. Et puis il y avait le cas de Robyn qui était complètement différent et qui avait bouleversé son quotidien : une jolie fille qui vit vingt quatre heures sur vingt quatre chez vous, ce n’était vraiment pas facile à vivre, surtout pour un spécimen comme Harry. Parfois il avait tendance à s’empêcher de regarder les autres filles, tout simplement parce qu’elle n’était pas loin, ce qui n’était pas logique puisqu’ils n’étaient pas en couple alors pourquoi faisait-il cela ? Aucune idée et à vrai dire il y avait un paquet de choses inexplicables, un changement chez lui qui s’était fait lorsqu’elle avait débarqué.
Alors qu’il réfléchissait un peu trop à sa vie amoureuse de ces dernières années, voilà qu’il fut troublé de voir qu’il n’avait pas encore été repoussé par la jeune femme qui, au contraire sembla prendre les choses en mains. L’instant avait quelque chose de surréaliste, la fille qu’il convoitait était en train de l’embrasser. C’est avec prudence qu’il se laissa aller à poser les mains sur Robyn, avant de le faire glisser le long de son dos. Il n’osait plus prendre d’initiatives même si au fond cela lui avait réussi aujourd’hui. Non il préféra se laisser aller à cet instant, ce qu’il jugea être un bon baiser, auquel il donnerait une bonne note. Il se demandait déjà où tout cela allait les mener ? Un simple baiser ou plus que cela ? Il ne serait pas contre à passer la nuit avec elle mais voilà déjà qu’il se mettait à penser au lendemain et à comment cela pourrait affecter leur vie de colocataires. Il avait besoin de réponses mais était bien incapable d’en parler à Robyn. Il devrait se laisser guider, profiter du moment parce qu’après tout c’était ce qu’il voulait depuis les quelques mois qu’ils avaient partagés ensembles. Et, évidemment, au moment où il allait se laisser aller, arrêter de trop réfléchir et simplement profiter de l’instant et montrer à Robyn que lui aussi pouvait être passionné et qu’il n’était pas entièrement coincé, qu’il était capable de plus que de donner de simples petites bisous dignes d’un gamin de dix ans, mais les choses ne se passèrent pas comme il l’aurait souhaité et pour une fois, ce n’était pas de sa faute.

Ils eurent en effet le droit à une visite de Drake, leur grand ami. D’ordinaire sa présence ne dérangeait pas Harry au contraire au fond il aimait bien le personnage et il s’était avéré que Drake était un assez bon ami dans l’ensemble même si la plupart du temps il était surtout étrange et parfois Harry se demandait si un jour il n’allait pas débarquer chez lui et lui coller une balle en pleine tête juste parce que ça lui aurait pris, comme ça. Mis à part cette instabilité, il était une présence sympathique, un peu fou, mais sympathique et l’avantage c’est que le jeune homme se sentait protégé lorsqu’il était dans le coin c’était un bonus. Sauf qu’aujourd’hui, à ce moment précis ce n’était pas sa présence qui était souhaité. Harry aurait souhaité le voir loin, très loin et pas dans son salon. Pas maintenant. Il venait de gâcher sa soirée – qui avait d’abord été exécrable pour enfin devenir agréable – Alors c’était compréhensible de voir Harry faire la tête. Il ne salua même pas son ami, trop occupé à faire la tête. Mais il retrouva le sourire en croisant le regard de Robyn, ignorant le message qu’elle voulait sans doute lui faire passer, il l’observa s’éloigner avec un large sourire aux lèvres puis il croisa le regard de Drake. Il se leva du canapé et se posta devant lui, il devait mettre les choses au point.
«Drake on en à déjà discuté pourtant, tu ne dois pas rentrer chez moi comme ça. Ca ne se fait pas. » Surtout pas maintenant pensa-t-il. Il n’allait certainement pas discuter du baiser échangé avec Robyn, pas avec lui qui sait quel genre de conseil il pourrait lui donner. Ou alors peut être qu’il aurait la bonne surprise de constater que ce dernier était plein de bons conseils en ce qui concerne les relations avec les filles, Qui sait ? Harry commença à ouvrir la bouche puis se ravisa. Avant de trouver le parfaite sujet de conversation. «Dis, tu crois que tu pourrais m’apprendre comment se battre, se défendre, peu importe. Apprends-moi à me servir d’une arme. » Car s’il y avait bien une chose à retenir de cette soirée c’était qu’Harry serait bien incapable de faire face à un agresseur et maintenant que quelqu’un vivait chez lui, il se devait d’apprendre à protéger Robyn et non pas l’inverse. Et puis cela lui donnait l’occasion de changer de sujet de conversation, avec un peu de chance Drake ne se souviendrait plus de ce qu’il avait vu en entrant dans l’appartement.
Et alors qu’il se demandait ce que pouvait bien fabriquer la jeune femme dans la salle de bain – le temps avec Drake était long – celle-ci fit son apparition, avec une certaine joie et énergie. Tout le monde dans cette pièce, sauf Harry, semblait être en pleine forme au point de faire des allusions qu’il ne comprenait pas forcément ou du moins qu’il ne voulait pas comprendre. Poursuivre quoi pensa-t-il avant de poser les yeux sur Robyn. Sans réfléchir – c’était nouveau – il attira la jeune femme contre lui et passa le bras autour de sa taille.
«Peut être qu’on devrait tous aller se coucher… » Lâcha-t-il en baillant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Grant Deverell
DOGSBODY
egomaniac profesionnal prick

avatar

Nombre de messages : 176
Age : 28
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power: manipulation mentale.
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Mer 29 Aoû - 0:03

L’amitié n’était pas un caractère dominant dans l’existence de Drake Masterson. Pour de nombreuses raisons oscillant entre sa courte vie consciente – il avait certainement eu des proches durant l’époque qui précédait son Réveil – et ses lacunes flagrantes de conventions sociales, il n’était pas un individu auquel on s’attachait sur le long terme. Ce qui lui convenait, puisque lui non plus n’était pas en mesure d’offrir son affection plus de deux heures d’affilées. Toutefois, toute généralité avec son exception et, malgré les apparences, Drake n’était pas de ceux qui défiaient les règles établies. Pas dans ce domaine précis, en tout cas. Harry Thurman était parvenu, certainement sans le vouloir, à se créer une place de choix dans le quotidien du mercenaire qui n’avait jusqu’alors offert à personne la possibilité de se lier d’amitié avec lui. Bien entendu, leur relation n’était pas saine et il arrivait souvent que l’un ne supportât plus la compagnie de l’autre – vous l’aurez compris, cet un étant toujours Harry – ou que plusieurs semaines passent sans qu’ils n’entrent en contact. Tout cela était normal puisque les deux individus ne l’étaient pas, normaux. En l’espace de douze mois, il avait démontré une capacité certaine à faire des erreurs, souvent de grosses, parfois d’impardonnables ; cependant, s’il existait parmi ces dernières une seule qu’il ne regrettait absolument et irrémédiablement pas, c’était bien ce moment de réflexion intense qu’il s’était autorisé avant d’appuyer sur la détente le jour théorique de l’exécution d’Harry. Ôter la vie était un plaisir à la limite de l’orgasmique pour lui, il ne connaissait aucune sensation plus jubilatoire que sentir l’essence d’un être lui échapper sous ses coups ; toutefois, il avait eu un instant d’hésitation – ce qu’il n’avait jamais au grand jamais – à la vue de ce jeune homme dont l’allure était pourtant banale. Il avait ressenti cette espèce de connexion étrange, qui n’avait fait que s’accroître dès l’instant où il avait engagé la conversation. Thurman avait tendance à l’oublier, mais Drake lui avait sauvé la vie, à plus d’un titre. Alors qu’il lui annonçât sans préambule et avec un regard noir qu’il n’était pas toujours le bienvenu chez lui était inacceptable. Et ridicule. Qu’une chose entre dans les conventions ou non, il s’en fichait pas mal, il la faisait s’il en avait envie. Il avait envie de se trouver dans son salon à cette seconde précise, qu’il fût en charmante compagnie ou non, alors il s’y trouverait. D’autant plus que la compagnie en question avait été ramenée par ses propres soins. Monsieur Thurman était un ingrat qui omettait bien vite certains détails.

Drake mit volontairement la remarque de son « ami » de côté, ses yeux suivant les courbes délicieuses du postérieur de Robyn qui disparaissait dans la pièce voisine. Sa cervelle lui remémora quelques images de son corps entier, nu, et un sourire idiot s’étala sur son visage. Il posa une main puissante sur l’épaule d’Harry en fixant son regard dans le sien.
« La seule arme que tu as besoin de savoir maîtriser à cet instant précis, c’est celle-ci. » Sans crier gare, il lui attrapa les bijoux de famille et les remonta légèrement avant de lâcher sa prise et de reculer d’un pas. Il savait le jeune homme prude et il tenait à sa tête, au moins pour cette soirée. « Il mérite mieux qu’une junkie. » Drake échappa un rire d’approbation. Certes, Harry était un chic type qui valait davantage que ce qu’avait à lui offrir Robyn, cependant la jeune femme n’était pas en reste, elle possédait des talents – pas tous cachés – dont Thurman pourrait faire usage. En contrepartie, il avait à lui offrir un certain équilibre de vie dont elle manquait cruellement. Il ne fallait pas être un spécialiste en relations sociales pour se rendre compte que ces deux là se complétaient de la meilleure des façons. Oui mais voilà, la perspective de voir Harry lui échapper était un calvaire qui n’avait rien d’appréciable. Il était son seul ami, et il était conscient que les nanas enlevaient les amis aux gens, c’était inscrit dans leurs gênes, ou quelque chose dans ce goût-là. En outre, Robyn était un jouet dont il n’était pas non plus prêt à se passer. Moins d’un mètre séparait les deux mâles quand cette dernière refit son apparition, dans un état beaucoup plus frais mais moins naturel qu’auparavant. Il remarqua immédiatement le changement de taille de ses pupilles ainsi que son air coupable. Elle n’était pas partie se refaire une beauté nocturne, elle s’était réarrangé l’intérieur de ses fosses nasales. « Tu as l’air exténué, oui, » commença-t-il en se félicitant de la soudaine témérité dont faisait preuve son ami. Venait-il d’écouter son conseil ou faisait-il simplement montre d’une quelconque forme de jalousie ? Quelle qu’en fût la raison, Drake apprécia sa prise d’initiative. Dommage qu’elle tombât mal et qu’il dût le couper dans son élan. « Pourquoi ne vas-tu pas te coucher dans ta chambre pendant que j’occupe cette demoiselle qui ne me semble pas fatiguée du tout ? » Joignant le geste à la parole, il lui prit doucement le bras pour la tirer hors de l’étreinte d’Harry. La scène avait tout d’un vaudeville dans lequel deux hommes se battaient pour les faveurs d’une gente damoiselle. Ce qui était presque le cas ; resté à déterminer qui était la gente damoiselle dans cette équation-ci.

Un bras autour des épaules de Robyn, il se rapprocha d’Harry pour poser sa main libre contre sa nuque.
« Je te promets qu’il ne lui arrivera rien tant qu’elle est avec moi, tu peux dormir sur tes deux oreilles. » Promesse qui n’avait aucune valeur, les trois protagonistes n’étaient pas dupes. « Après, c’est elle qui décide, bien entendu ! Je ne prends de décision au nom de personne ! » Menteur. Néanmoins, il savait ce que sa petite balade dans la salle de bain laissait sous-entendre. La compagnie d’Harry n’était plus suffisante pour cette droguée – à la cocaïne autant qu’aux sensations fortes – et il lui faudrait plus, plus vite, qu’un simple baiser chaste. Le jeune inventeur était peut-être l’homme qui lui convenait lorsqu’elle était dans son état normal, il était cependant insuffisant pour celle qu’elle devenait avec des substances illicites dans le sang. Le danger, voilà ce qui la bottait. Et, dans cette pièce comme dans cette ville, on ne faisait pas plus dangereux que l’imprévisible Drake Masterson. « Tout ça parce que tu es en chaleur mais qu’Harry n’est pas encore consentant. » Oui, il devait s’agir un peu de ça aussi.

_________________

I've turned into a monster; and it keeps getting stronger.

If I told you what I was, would you turn your back on me? And if I seem dangerous, would you be scared? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough, that this problem lies in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Fearnley

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 29
Date d'inscription : 10/04/2012

I'm (no) Superman
power:
remember me:

MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Ven 5 Oct - 15:15

Tout dans cette situation était parfaitement stupide. Robyn voulait bien comprendre que Harry était redevable envers Drake pour une quelconque raison dont elle ignorait tout et ne voulait rien savoir à dire vrai, néanmoins cela ne lui donnait pas vraiment le droit de pénétrer chez le jeune inventeur à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Mais cette attitude était propre à Masterson, tout le monde dans cette pièce en avait conscience, c'était sans doute pour cela que personne ne trouvait à redire quoi que ce fut, malgré la timide tentative de Harry. La jeune femme n'avait strictement rien contre lui, bien au contraire, elle lui devait elle aussi énormément – comme ci cela devenait une habitude pour les gens qu'il croisait – mais à cet instant précis il n'était pas forcément le bienvenu dans cet appartement. La communication avec le propriétaire des lieux n'avait jamais été simple et elle ne l'était toujours pas aujourd'hui. Alors quand ce dernier semblait vouloir se laisser aller à un moment de sincérité, il était normal de sa part de ne pas trouver cette intrusion de bon goût. Enfin... Cela fut le cas deux petites minutes avant que l'idée ne quitta définitivement son esprit quelque peu embrumé. Il émanait un charme certain des deux jeunes hommes présents ce soir mais chacun avait sa particularité à lui. L'état dans lequel elle se trouvait désormais l'empêchait de réfléchir convenablement, comme une adulte responsable qu'elle cessait d'être sitôt la drogue pénétrée dans son système nerveux. Elle avait beau idolâtrer l'ensemble du corps de Harry, de ses magnifiques cheveux à son torse – qu'elle découvrait aujourd'hui – tout sauf désagréable, en passant par son sourire innocent et ses lunettes qu'elle s'était plus d'une fois imaginée jeter à travers le salon dans un moment de fougue incontrôlée, son attention n'était hélas pas entièrement tournée vers lui. Ce soir Drake était inopinément entré dans cette relation où les égalités oubliaient justement d'être égales entre elles et la jolie blonde ne savait plus véritablement sur quel pied danser à cette seconde précise ; encore moins lorsque Harry l'attira brusquement contre lui comme s'il souhaitait marquer son territoire ou quelque chose comme cela.

Incapable de se défaire de son large sourire, elle se laissa balader d'une étreinte à une autre sans émettre la moindre réticence, elle étouffa même un petit rire amusé au moment où son corps rebondit pratiquement contre celui de Drake.
« Oui, Harry, » commença-t-elle en passant son bras autour du mutant qui la retenait par les épaules. « Tu peux aller te coucher, si tu veux, car je ne suis pas du tout fatiguée pour ma part. » Toujours autant amusée par la situation, elle posa sa tête contre l'épaule de son ami et soupira légèrement de bien être. Elle leva ses pupilles dilatées vers le visage du jeune homme et sourit de manière inconsciente tandis que son regard se perdait inexplicablement dans la contemplation de ses yeux clairs qu'elle admirait présentement avec intensité. S'humectant le bord des lèvres, elle se serra davantage contre lui comme si elle éprouvait subitement un manque de câlin de sa part, ou bien s'agissait-il tout simplement d'une envie physique pressante. Les deux restaient parfaitement plausibles. Elle ne voulait pas placer de force Harry sur le banc de touche même si son comportement prouvait tout le contraire. Mais il semblait à ses yeux tellement pur qu'elle n'avait pas hésité un seul instant à se tourner vers Drake plutôt que vers lui pour assouvir certains de ses besoins, urgents à l'heure actuelle des choses. Et son cas n'allait pas en s'arrangeant plus la cocaïne lui montait férocement au cerveau. Son but premier n'était sincèrement pas de blesser son ami, elle tenait réellement à lui, mais elle n'était plus tout à fait elle-même et l'homme qui la tenait actuellement ne faisait rien pour calmer l'affaire, au contraire, il envenimait la situation avec un malin plaisir que tous lui connaissaient. Si Robyn prétendait prendre part à ce petit manège avec un grand plaisir, nul doute que sa position sur la situation aura très certainement changé d'ici quelques heures. Mais pour le moment, elle profitait des bienfaits de la drogue dans son métabolisme et plus les secondes s'égrenaient, plus elle semblait pourvue d'une énergie débordante qui ne demandait qu'à littéralement exploser dans cette pièce. Ce qui ne pouvait vraisemblablement pas arriver tant qu'un des deux hommes ne quittait pas les lieux. A moins que... « Ou tu peux aussi rester t'amuser avec nous ! » lança-t-elle avec entrain avant de se défaire doucement de l'étreinte de son ami. Sans réfléchir, elle en était visiblement incapable de toute manière, elle s'approcha de Harry et lui déposa un tendre baiser sur les lèvres puis se retourna aussitôt pour se diriger vers Drake qu'elle embrassa à son tour avec un peu plus de passion. Mais étant clairement bien incapable de conserver son sérieux deux petites secondes, elle se mit une nouvelle fois à rire en passant ses bras autour du mutant qui lui faisait face et appuya lentement sa tête contre son torse. « Non, c'est une mauvaise idée. » souffla-t-elle dans une tentative vaine de se montrer adulte puisque son sourire édenté prouvait tout le contraire de ce qu'elle avançait. Ce qui en réalité était une mauvaise idée, c'était davantage sa présence dans cet appartement. Jamais elle n'aurait dû entrer dans la vie de ces deux jeunes hommes. Bien entendu, elle ne regrettait aucunement son évasion qui n'aurait jamais pu se produire sans la personne contre qui elle se tenait à cet instant. Mais la plus sage des décisions aurait été de fuir cette ville, tout simplement, afin de pouvoir espérer mener une nouvelle vie ailleurs, sans risquer d'être prise à nouveau. Seulement l'amour du danger semblait fortement présent dans ses « gènes Conrad » et elle n'était pas en mesure de s'en défaire. Du moins plus maintenant.

_________________

There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment.


You wanna be more than just friends. I can't go through this again. Stop trying get inside my head. Don't wanna do more than hook up. It's getting stupid cause I should've known but I forgot that you think we're something that we're not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   Ven 9 Nov - 18:56

Harry ne savait pas comment réagir. Drake venait de le toucher à un endroit qui le fit réagir comme le jeune homme prude qui l’était. Il fixa son ‘ami’ avec un regard à la fois choqué et agacé. Le problème était qu’il ne savait pas bien comment gérer cette situation. Une personne normale aurait simplement donné un bon coup de poing à la personne pour avoir osé lui toucher une partie aussi intime, mais Harry n’était pas tout à fait normal et Drake l’était encore moins. Alors que faire ? Expliquer gentiment à son ami pourquoi ce geste était si inapproprié ? Lui écrire une longue lettre avec les règles à respecter si dorénavant il souhaitait rester son ami ? Non, rien de tout cela ne fonctionnerait avec un tel individu. Harry se recula d’un pas, encore un peu sous le choc, mais au lieu de lui hurler dessus, il secoua la tête et évita soigneusement de regarder son ami dans les yeux. «C’est… » Il releva la tête vers lui «Ce n’est pas ce que je t’ai demandé mais, merci pour le conseil. Enfin j’imagine. » Non, ce n’était définitivement pas la réaction qu’il aurait du avoir mais il n’arrivait pas à réagir normalement face à Drake. Depuis leur première rencontre leur relation avait été destinée à être étrange. Harry devait la vie à Drake, ce dernier avait été semble-t-il envoyé pour le tuer mais il en avait décidé autrement et pour cela Thurman lui en serait éternellement reconnaissant. Certes, ce n’était pas tous les jours facile d’avoir un ami tel que Drake. Bon sang, il ignorait même comment ils en étaient venus à devenir amis exactement. Masterson n’était pas tout à fait le genre de personne à qui Harry pourrait un jour se confier, ni même la personne qui pourrait lui donner de vrais bon conseils sur la vie ou même sur les filles mais pourtant il y avait quelque chose chez lui qui faisait que, au fond, Harry aimait bien cet étrange jeune homme. Il avait même dans l’idée d’avoir un jour une vraie conversation avec lui, et d’en savoir un peu plus sur lui histoire de rendre plus officielle leur amitié. Car pour l’instant il ne savait pas grand-chose sur lui, mis à part qu’il était sans doute un assassin très doué, qu’il n’avait pas forcément toute sa tête – même si pour ça, l’inventeur se demandait parfois si ce n’était pas le ‘personnage’ de Drake – Et qu’il avait un problème avec les sonnettes puisqu’il entrait chez Harry comment ça lui chantait et sans prévenir. Mais après tout, peut être que Thurman lui-même n’était pas un ami comme les autres car il n’était pas si normal non plus et on ne peut pas dire qu’il ait toujours été entouré d’amis, il était bien souvent insupportable à se croire supérieur à tous. Alors après tout, peut être avait-il de la chance d’avoir Drake.


Lui qui pensait que le retour de Robyn en compagnie des deux jeunes hommes pourrait lui permettre de gentiment se débarrasser de Drake et de, pourquoi pas, reprendre là où il en était avec la jeune femme – il avait même tenté la ruse du ‘je suis fatigué, va-t-en Drake’ – il se trompait. Certes, cela ne l’étonnait pas de la part de Masterson et d’ailleurs Harry était à deux doigts de lui demander de sortir de chez eux mais Robyn sembla en décider autrement et la pauvre Harry se retrouva seul face à deux sans comprendre comment cette situation avait pu se retourner contre lui.
«Oh, » lâcha-t-il soudainement, faute de trouver les mots appropriés pour ce genre de situation. En voyant ses deux amis aussi proches, et même s’il n’était pas très calé en relations, il avait alors réalisé qu’il devait certainement se passer quelque chose entre eux. Il avait même du mal à se dire qu’ils devaient coucher ensemble. Comment avait-il pu passer à côté de ça ? Il sentait la colère monter à lui alors qu’il détourna le regard, l’idée de la fille qu’il aimait tant avec un autre le dégouta. Pire encore, il lui en voulait à elle. Pourquoi l’avoir embrassé ce soir si elle était avec lui ? Les relations amoureuses, il n’y comprenait rien. Et ils insistaient pour qu’il aille se coucher. Non, il n’irait pas, Dieu sait ce qu’ils pourraient faire s’il partait d’autant qu’il n’arriverait pas à fermer les yeux sachant ce qu’ils seraient en train de faire. Puis, alors qu’il était toujours en train de réfléchir sur la chose à faire, la blondinette fit une suggestion qui le poussa à de nouveau poser les yeux sur elle. Elle était sérieuse ? Pas le temps de lui poser la question qu’elle s’était avancée pour l’embrasser. Et oui l’espace d’un instant il se demanda s’il avait l’avantage mais la réponse lui fut donnée quand juste après elle se retourna pour donner un baiser bien plus passionné à Drake. Ah, c’était comme ça ? Il ne pensait pas qu’elle puisse être comme ça, et apparemment elle ne le connaissait pas bien non plus si elle pensait qu’il puisse accepter une telle proposition. Visiblement il s’était trompé sur Robyn, il pensait qu’elle était différente mais au fond elle représentait sans doute le genre de femme qu’il ne supportait pas : celles qui profitent de pauvres garçons amoureux comme lui. A cet instant, il était bien content de ne jamais lui avoir dévoilé les sentiments qu’il avait développés à son égard. Il ne désirait qu’une seule chose : qu’elle disparaisse, car étonnement il lui en voulait à elle mais pas à Drake. Harry se racla la gorge, afin d’attirer l’attention de ses deux amis. «Comme je l’ai dit il est tard. » Il se dirigea vers la porte d’entrée qu’il ouvrit. «J’apprécierais de vous voir sortir de chez moi. » Il fit de son mieux pour garder son calme. Il se tourna vers Robyn «Peut être que tu devrais emménager chez Drake, vu que tu as clairement plus de…D’affinités avec lui. » Il était clair : ce n’était plus ‘chez eux’ mais ‘chez lui’ et il voulait à tout prix lui faire comprendre qu’elle n’était plus forcément la bienvenue ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We all have secrets [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We all have secrets [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquêtes et révélations - Rites secrets et pouvoirs occultes
» Les secrets enfouis de la Bible
» Documentaire 07: OVNIs - secrets d'etat
» Vidéo documentaire Arte "A la recherche des secrets du big bang"
» Sr Emmanuelle et ses secrets d'optimisme,et, Sr. Emmanuel sur "La télé"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Action Heroes :: DOWNTOWN SAN ANTONIO :: BEECHWOOD LANE :: 1256 C-
Sauter vers: