Partagez | 
 

 It's always darkest before the dawn [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: It's always darkest before the dawn [R.]   Mer 9 Mai - 15:41

Passer cette soirée seul n’était pas une option. Alors bien sûr, il avait d’abord commencé par patrouiller dans les rues de la ville à la recherche de quelqu’un à sauver – humain ou animal – mais rien, les rues étaient désertes et tout semblait calme et il aurait pu penser que c’était tant mieux car cela voulait dire que personne n’était en danger et cela permettait aux ‘super héros’ comme lui mais ce soir il s’ennuyait. Rentrer chez lui et regarder la télévision ? Non. Il passa par hasard devant le broadway 50 50 . Un heureux hasard puisque même si il était rare de le voir dans un tel endroit, se trouvant peut être un peu trop vieux pour traîner dans ce genre d’endroit – si, c’est possible – Graham allait passer son chemin lorsque son regard se posa sur une superbe brunette. Ne pouvait résister à une telle créature, il s’avança vers elle avec assurance et un large sourire avant de l’aborder avec des banalités. Elle s’appelait Tessa, avait vingt cinq ans et était très bavarde. Au final, lui qui ne voulait pas entrer dans le club se laissa finalement entraîner par la jeune demoiselle et pour ses beaux yeux Graham accepta même d’aller danser avec elle. Sur la piste de danse un jeu de séduction avait commencé et Graham laissa ses mains se balader sur le corps de la brunette qui ne cessait de lui envoyer des sourires pour, au final, déposer ses lèvres sur celles du mutant. Ils échangèrent quelques baisers puis Tessa lui murmura ensuite qu’elle voulait trouver un endroit plus tranquille et c’est avec plaisir qu’il lui proposa de venir faire un tour dans son appartement.


Une fois arrivés devant chez lui, main dans la main avec sa conquête, il fixa avec inquiétude la porte de sa voisine puis il fit signe à Tessa de ne pas faire de bruit.
«Si on réveille ma voisine, on peut dire adieu à notre petite soirée » lança-t-il avec un sourire qui fit glousser la demoiselle. Mais il était on ne peut plus sérieux. La voisine c’était bien entendu Andy et depuis qu’ils se connaissaient ils se livraient tous les deux à un petit jeu qui n’était sans doute pas très sain : faire fuir les conquêtes de l’autre en inventant des mensonges qui pouvaient humilier l’autre et lui qui pensait être champion à ce jeu, il devait avouer qu’il avait trouvé en Andy une adversaire redoutable et il ne souhaitait pas se frotter à elle ce soir, d’autant que c’est elle qui était la grande gagnante à ce jour. La dernière fois que Graham avait ramené une fille jusqu’à chez lui, il n’avait pas eu le temps de la faire entrer dans son appartement que sa chère voisine était sortie de chez elle avec un sachet à la main et en déclarant qu’il s’agissait de son traitement contre l’herpès. Un classique mais qui marchait toujours aussi bien puisque la conquête de Graham était partie sans se donner la peine de trouver une excuse valable. Il avait alors juré de se venger mais n’avait pas encore trouvé comment…


C’est donc avec une grande prudence qu’il fit entrer Tessa dans son appartement en observant la porte de l’appartement d’Andy de peur de voir celle-ci ouvrir brusquement. Mais l’opération discrétion fonctionna à merveille à sa plus grande surprise. Il commença à se demander si Andy elle-même n’était pas en compagnie d’un autre homme… Chose qui dérangerait Graham…Enormément. Pour se changer les idées, Il attira Tessa contre lui et se mit à l’embrasser fougueusement tout en ayant Andy en tête. Même si elle n’avait rien fait pour tenter de lui gâcher la soirée, elle était néanmoins en train de le faire en s’infiltrant dans ses pensées. Graham fit se son mieux pour se concentrer sur la créature qu’il avait contre lui lorsqu’il entendit frapper. Un sourire fit alors son apparition sur le visage du jeune homme qui espérait secrètement qu’il s’agissait de sa voisine favorite. Non, il n’irait pas ouvrir. Hors de question.


«Tu ne va pas ouvrir ? » lâcha la brunette. Quoi, est-ce que cette fille était de mèche avec Andy ? Parce que si c’était la cas alors elle avait fait très fort.
«Pourquoi ? »
«Tu ne veux pas savoir qui est derrière la porte ? C’est peut être important »
Graham grogna avant de rétorquer «C’est sans doute ma…Sœur. »
«Raison de plus pour y aller ! »
C’est donc contraint et forcé que le jeune homme fut obligé d’aller ouvrir la porte pour y trouver Andy. «Et oui c’est ma sœur. » Il lança un grand sourire à Andy. «Tu es passée dire bonsoir, comme c’est gentil à toi. »


[ silent ]
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Ven 18 Mai - 1:17


And I'm banging on your door
So come on and let me in, I need a place to hide
I need a place to hide before the storm begins

« Graham ! » Toc. Toc. Toc. Toc.

Neuf jours étaient passés depuis la dernière fois qu’elle l’avait vu. Et encore, elle n’avait alors fait que l’apercevoir. Il s’agissait, certes, d’une durée relativement longue sans discuter avec un ami, toutefois cela n’avait rien d’alarmant ; nombreux étaient ceux qui ne donnaient pas de nouvelles pendant des semaines par manque d’opportunité à cause d’un travail ou d’une vie de famille prenante. Oui mais voilà, Graham n’avait ni l’un ni l’autre. Pire, il habitait juste en face de chez elle, il n’y avait donc aucune logique valable à ce que leurs routes ne se fussent pas croisées pendant autant de jours. Aucune si ce n’était qu’il l’évitait, pour une raison x ou y qui lui échappait encore. Cette idée avait fait son chemin dans l’esprit d’Andy qui s’en mordillait la peau des doigts – manie affreusement douloureuse qu’elle croyait avoir perdue depuis la fac – en arpentant la largeur de son appartement. Elle tâchait de se remémorer le sujet de leur dernière conversation, en vain. Elle se rappelait seulement de la dernière fois où elle avait cherché à faire fuir gratuitement sa conquête de la soirée ; d’accord, elle n’avait pas joué dans la subtilité mais lui-même lui avait fait comprendre qu’il avait été impressionné de son coup. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour un jeu auquel il participait tous les deux depuis les premiers instants de leur amitié. Il était bien trop sympathique pour une telle chose. Et elle ne l’imaginait pas du genre rancunier, surtout pas envers elle, qui était – sans exagération – la meilleure voisine au monde. Après tout, elle lui avait rendu mille et un services et s’était toujours montrée très gentille à son égard. Enfin, à sa manière, ce qui n’avait jamais paru déplaire au jeune homme. Bien au contraire, ils avaient tous les deux conscience de la pseudo emprise qu’elle détenait sur lui.


« Graham ! » Quatre nouveaux coups contre la porte.

Elle savait qu’il était là. Elle l’avait entendu. Il s’était sans doute imaginé avoir été discret mais c’était mal connaître son ouïe qui, si elle n’était pas surdéveloppée par une anomalie génétique, avait énormément d’entraînement. Il était plus adéquat de préciser qu’elle les avait entendus, car Graham n’était définitivement pas rentré seul. Il ne l’était jamais, surtout pas le soir. Elle aurait dû le laisser tranquille, lui offrir cette soirée de tranquillité avec sa conquête de passage. S’il ne voulait pas la voir, qu’il en soit ainsi. Mais non, c’était plus fort qu’elle. Alors que son poing restait en suspens à quelques millimètres du bois de la porte, cette réalité la frappa de plein fouet : elle avait besoin de le voir. Ce visage, qu’elle détestait autant qu’elle adorait admirer, lui manquait. Ses mauvais conseils et son constant flirt laissaient un vide dans son existence. Elle se rendait compte de l’importance qu’il avait désormais dans son quotidien, qu’elle n’imaginait pas sans ses remarques futées et ses allusions parfois déplacées. Il était par conséquent inenvisageable de le laisser avec cette fille, dont elle ignorait tout, qu’il abandonnerait au petit matin. Elle souhaitait lui parler à cette minute précise et rien ne viendrait compromettre ses plans. Absolument rien. Surtout pas ses plans à lui.

Elle s’apprêtait à toquer une nouvelle fois quand la porte s’ouvrit, la faisant sursauter au passage. Elle plaqua un large sourire sur son visage en discernant celui de Graham, néanmoins il se figea à l’écoute de sa réplique. Sa sœur, vraiment ? Il n’avait rien trouvé de plus original ? Parce que, si elle se souvenait bien, il avait déjà utilisé cette excuse vaseuse une fois auparavant. Il ne fallut qu’une seconde à Andy pour transformer son visage de voisine sympathique à jeune frangine éplorée. Ses yeux, désormais humides, passèrent de son « frère » à la demoiselle qui l’accompagnait et sa peine ne fut plus feinte l’espace d’un instant. La grande brune qui lui faisait face était tout simplement sublime. La jeune Baxter se sentit tout à coup petite et insignifiante à côté d’elle.
« Est-ce que ça va ? » demanda cette dernière, ce qui eut pour effet de sortir Andy de sa torpeur. Elle secoua vivement la tête en portant une main à sa poitrine. « Oui, oui, je… Je ne voulais pas déranger, je suis désolée. » Ses traits se tordirent en une expression à la fois gênée et remplie de tristesse, qu’elle garda de longues secondes en fixant les deux individus qui la dévisageaient, l’une avec une infinie compassion, l’autre avec quelque chose entre l’amusement et la surprise. « Je repasserai demain, ce n’est rien…, » reprit-elle en esquissant un pas vers l’arrière. Comme escompté, la compagne de Graham l’arrêta avec une main sur son épaule, sous le regard ahuri de ce dernier. « Non, je vous en prie, restez. Quelque chose de grave a dû se passer et… » Elle ne l’écoutait déjà plus, mais elle appréciait sa gentillesse. Elle hocha la tête à ses propos sans quitter des yeux le propriétaire des lieux. Une fois le speech de la dénommée Tessa terminé, Andy la gratifia d’un sourire reconnaissant avant de pénétrer à l’intérieur de l’appartement et de s’installer sur le canapé comme si elle avait été chez elle.

Elle leur laissa le temps de faire leurs adieux sans rien dire, reniflant bruyamment lorsqu’elle commença à trouver le temps long – c’est-à-dire quatre vingt dix secondes après s’être assise – puis s’étira dans un bâillement en le voyant s’approcher.
« Bon sang. J’ai cru qu’elle ne partirait jamais. » Elle croisa les bras devant elle, un air mutin et innocent sur le visage, en s’enfonçant dans les coussins. « Elle était très belle et semblait gentille, je ne savais pas que l’un pouvait aller avec l’autre… »

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »


Dernière édition par Andromache Baxter le Mer 23 Mai - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Lun 21 Mai - 15:20

Andy était en train d’assurer le spectacle et Graham était bien trop admiratif pour être en colère et la virer de son appartement et comme prévu sa conquête était tombée dans le panneau et dès le moment où Tessa avait posé la question à savoir si tout allait bien, il savait cette fin de soirée condamnée. Il n’y avait plus rien à faire la pauvre brunette allait partir très vite, c’était toujours comme ça lorsque Andy intervenait alors pourquoi devrait-il essayer de sauver son rencard alors que sa voisine était une actrice talentueuse. C’est donc avec admiration qu’il observa la scène entre les deux jeunes femmes, et puis d’ailleurs il mourrait d’envie de savoir ce qu’elle allait inventer : c’est vrai, qu’allait-elle raconter pour justifier une intervention qui semblait si tragique ? Et qu’elle ne compte pas sur lui pour lui venir en aide, il ne serait que spectateur.
Et dire qu’il était justement en train de penser à Andy, ce n’était d’ailleurs pas très classe de penser à une autre femme alors que vos lèvres étaient posées sur celles d’une autre mais n’allez pas croire qu’il s’imaginait en train de penser à embrasser sa chère voisine – bien que, parfois, il y songeait mais c’était une autre histoire – si Graham pensait à Andromache, c’était avant tout pour s’assurer qu’elle allait bien car il s’était mis en tête que la protéger était sa priorité même si il n’avait encore jamais eu l’occasion de la sauver jusqu’à présent sauf peut être la fois où elle avait eu un problème de plomberie…C’était d’ailleurs la seule et unique fois où elle lui avait dis qu’il était son héros, sur le ton de la plaisanterie. Mais la belle ignorait qu’elle avait un protecteur qui vivait à côté de chez elle ou du moins elle ignorait à quel point il était prêt à tout pour elle et c’était tant mieux. Graham avait cette carapace qui l’empêchait de se montrer trop vulnérable auprès des personnes de sexe féminin – sauf quand la vulnérabilité pouvait lui servir à séduire, dans ce cas il n’hésitait pas – et préférait revêtir le costume d’un type pas très évolué, au look et à l’attitude d’un étudiant. Il était plus facile de jouer à l’ado attardé car si jamais il faisait une erreur alors les gens se diraient que ce n’est pas grave, qu’il est juste un peu limité…Tellement plus facile que d’affronter la réalité.

Bref, il avait un peu perdu le fil de ce qui était en train de se passer chez lui mais tout ce qu’il voyait c’était que Tessa était en train de tomber dans le panneau, il secoua la tête avec un sourire et il n’oublierait pas de féliciter Andy pour sa performance d’ici quelques minutes car, oui, il voyait bien que sa conquête était en train de lui filer entre les doigts, qu’au fond elle avait l’air d’une gentille fille puisqu’elle n’hésitait pas à écouter ce que sa ‘sœur’ avait à dire. Puis au bout de quelques instants, Tessa s’avança vers lui et alors qu’il pencha sa tête vers elle pour l’embrasser et ainsi lui faire comprendre que la soirée n’était peut être pas perdu, celle-ci le stoppa net.
«Ta sœur va vraiment mal »
« Vraiment ? Je pense que c’est juste un peu de comédie, elle est un peu…Nos parents n’aiment pas que je le dise mais, tu vois elle est un peu ‘spéciale’ » Il fit une grimace mais cela sembla choquer la brunette de voir qu’un frère puisse réagir de cette manière devant une sœur en larmes.
« Je vais vous laisser, et sois gentil envers elle ! » Cela ressemblait à une menace. Elle avait un regard de tueuse. Puis alors qu’il s’apprêtait à lui dire qu’il allait la rappeler – c’était idiot, elle ne lui avait pas donné son numéro et de toute façon elle lui semblait bien trop autoritaire – lorsque Andromache se mit à chouiner, les obligeant à se quitter plus rapidement que prévu et alors que Tessa eu franchit la porte cette dernière espérait toujours revoir Graham mais lui savait pertinemment que c’était la dernière fois qu’il voyait cette ravissante brunette.


Il s’avança vers Andy, qui avait retrouvé le sourire, puis se mit à l’applaudir.
«Bravo c’était une performance d’actrice assez impressionnante. » le jeune homme se dirigea vers son réfrigérateur pour sortir deux bières, dont une qu’il place sur la table basse devant Andy. Puis il prit place aux côtés de sa voisine et posa sa main sur la cuisse de cette dernière, se montrant ainsi plus que familier. Pour sa défense, il trouvait que cela faisait trop longtemps qu’il n’avait pas vu la jeune femme. «Alors, pourquoi cette visite aussi Tardive ? » Il s’enfonça dans le canapé «Tu voulais me gâcher la soirée ou mon corps te manquait ? » Il eu un large sourire. Bien sûr que non il ne lui en voulait pas du tout. «Au fait j’ai oublié de te dire que tu étais toujours aussi sexy, sœurette. »
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Mer 23 Mai - 2:34

Andy aurait dû éprouver des remords de gâcher ainsi la soirée de ce pauvre Graham, de lui « ôter le pain de la bouche » pour utiliser une expression décente. Toutefois, il n’en était rien. Pas une once de culpabilité ne traversait son mètre soixante-neuf tandis qu’elle assistait, un sourire aux lèvres, à ses tentatives vaines de garder sa conquête de la soirée un peu plus longtemps. Elle avait parfaitement improvisé son entrée et son discours, le beau blond n’avait eu aucune chance dès l’instant où la jeune Baxter avait passé le seuil de son appartement. Elle n’utilisait pas souvent de ses talents – il n’y avait que son voisin pour les subir – mais elle était une actrice hors-paire, une professionnelle de la manipulation lorsqu’elle le décidait. Il s’agissait, d’après sa mère, d’un trait de caractère qu’elle tenait de son père ; et même si la comparer à Darren relevait de l’insulte à ses yeux, elle ne pouvait s’empêcher d’en tirer une certaine fierté. Elle était douée pour quelque chose, mieux valait pour elle qu’elle se serve de dont la nature l’avait dotée. Après tout, elle possédait peu de points communs avec son géniteur, Kyra et tous ceux de son entourage qui l’avaient bien connu s’accordaient là-dessus, pour son plus grand plaisir. En réalité, et si monsieur Baxter avait bien daigné rester fidèle à son épouse, père et fille étaient semblables sur bien des aspects ; elle avait simplement hérité de ses meilleurs côtés, de son franc-parler et de son ouverture d’esprit, de son optimisme et de son courage. La caractéristique la plus importante, la discrétion, cependant, elle l’avait empruntée à sa mère, qui lui avait très tôt appris à tenir sa langue et son pouvoir afin de ne pas s’attirer d’ennuis. Ce qui avait plutôt bien réussi à Andromache qui n’avait jamais dévié du droit chemin, en dépit des tentations. Même quand Graham lui avait confessé être lui-même un « super héros », elle avait joué l’étonnement, voire le choc, pour ne pas laisser sous-entendre qu’elle faisait partie de son clan. A ce niveau-là, elle n’avait pas eu besoin de ses talents d’actrice pour feindre la surprise, puisqu’elle ne s’était pas du tout attendue à une telle révélation. Encore aujourd’hui, elle avait parfois du mal à le croire, le pouvoir du jeune Wade étant quelque peu arbitraire et farfelu. A son image, en fait.

La brunette se mordilla la lèvre inférieure sous les applaudissements de son voisin. Il n’était pas rancunier, c’était une bonne chose ; il ne semblait pas le moins du monde fâché de son cinéma, au contraire, elle pouvait presque lire de la satisfaction dans son regard, comme s’il était heureux de la voir. Cette pensée la fit rougir momentanément, fort heureusement il avait le dos tourné à cet instant et ne remarquerait par conséquent rien de son embarras passager. Elle le suivit du regard tandis qu’il prenait place à son tour sur le canapé et, l’espace d’un quart de seconde, écarquilla les yeux au contact de sa paume sur sa cuisse. Il avait déjà opéré ce geste des dizaines de fois sans qu’elle ne réagisse, mais cette fois – le manque de contact humain aidant sûrement – elle sentit un léger inconfort. Qui disparut bien vite quand elle posa sa propre main sur la sienne, un large sourire aux lèvres.
« Cela me manquait de te gâcher la vie, » répondit-elle en clignant rapidement des paupières avant d’éclater de rire. Elle baissa la tête sur ses vêtements, qui n’avait pour le moins rien de sexy. Elle avait enfilé un jean trop large – mais au combien confortable – et le premier T-shirt qui lui était passé sous la main dès sa sortie de la douche, quelques heures plus tôt. Elle n’était pas du tout complexée par son physique, toutefois ce soir-là, il fallait l’admettre, elle n’avait rien de « sexy ». Ce qui ne l’empêcha pas d’accepter le compliment de la part de Graham, d’un léger coup de poing contre son épaule. « Sœur, hein ? Combien de fois as-tu utilisé cette excuse ? On ne se ressemble même pas ! » railla-t-elle en attrapant la bouteille qu’il avait ramenée. Elle la porta à ses lèvres sans le quitter des yeux, un sourcil arqué, et déglutit bruyamment. Si, à bien des égards, leur complicité pouvait faire penser à une relation fraternelle entre eux, elle ne pouvait l’accepter que sous forme de plaisanterie. Jamais elle ne penserait à lui comme à quelqu’un de sa famille. Parce qu’il était indécent et malvenu d’être attiré par un frère comme elle pouvait être attirée par Graham. Elle aimait se rappeler que cette attirance n’était que physique, car elle aimait les belles choses et qu’ils n’étaient vraiment pas compatibles sur tous les autres points. Il lui fallait bien se trouver une excuse valable.

« Et, non, » reprit-elle après une nouvelle gorgée de bière, « je ne suis pas venue pour gâcher ta soirée mais plutôt pour sauver celle de cette pauvre enfant. Solidarité féminine, tu comprends ? » Comme si. Elle porta une main devant sa bouche pour dissimuler un bâillement puis se redressa pour venir tout contre lui, posant sa tête sur son épaule comme si c’était le geste le plus naturel du monde. « Raconte-moi toutes les dernières nouvelles de ta petite vie et je te dirai tout ce qui m’est arrivé de mon côté. » C’était faux, elle omettrait forcément quelques petits – voire gros – détails, mais cela dans le simple but de leur épargner des silences gênants. Elle savait qu’il n’était pas très réceptive dès qu’elle mettait le sujet Lorcan sur le tapis ; pourtant, c’était ce qui lui pesait le plus sur le cœur et ce qui l’avait principalement incitée à venir toquer chez son voisin ce soir. A chaque fois qu’elle repensait au grand brun et à leur dernière entrevue, elle ressentait un pénible sentiment de solitude. Seul Graham semblait en mesure de le contrer.

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Ven 25 Mai - 16:41

Bien sûr que non il n’était pas fâché de voir sa conquête partir aussi tôt et puis comment en vouloir à sa charmante voisine ? Et de toute manière, il n’avait pas le droit de se plaindre, pas après toutes les fois où lui aussi avait fait fuir les hommes qu’elle ramenait chez elle – même si Graham se montrait beaucoup moins doué et imaginatif que la demoiselle – Il ignorait cependant si les motivations d’Andy pour lui gâcher ses soirées étaient les mêmes que les siennes à savoir une certaine jalousie de savoir qu’un homme puisse poser les mains sur elle. Le jeune homme n’était pas certain de ce qu’il éprouvait pour la brunette : un simple ami ? Non, il y avait plus que ça. Il était également loin d’être un grand frère car il était trop attiré par Andy pour cela…Alors, non, il ne savait pas vraiment comment qualifier cette relation, tout comme il ne savait pas s’il avait envie d’être plus qu’un ami à ses yeux. Tout cela était étrange et il n’avait pas prévu cela en rencontrant la jeune femme. Bien sûr, il avait toujours su qui elle était et s’était fixé un objectif très précis à savoir la protéger mais depuis la situation s’était compliquée et Andromache Baxter s’était révélée être plus charmante que prévu et il avait bien du mal à résister à l’envie de la séduire parfois – même si, lorsqu’il le faisait, la situation devenait vite une blague plus qu’autre chose -
Alors non, vraiment, il ne lui en voulait pas.
«Et ça me manquait de ne plus te voir jouer ma sœur » C’était assez perturbant de voir Andy jouer aussi bien sa sœur, d’autant plus bizarre lorsqu’il pensait à leurs parents et ce qu’ils avaient, malheureusement, en commun. Le père d’Andy avait quitté sa mère pour Roxanne, soit la mère de Graham… Perturbant encore une fois. Andromache était donc un peu comme une demi-sœur si on y réfléchissait bien et c’était sans doute pour cela qui utilisait aussi souvent l’excuse de la sœur auprès de ses conquêtes. Bien entendu, Andy ignorait tout cela, ignorait que Graham savait tout, absolument tout. C’est pour cela qu’il manqua de s’étouffer lorsque la jeune femme fit précisément allusion à cette excuse. Il bafouilla, perdant tout à coup sa belle assurance avant de finalement mettre ça sur le dos de tout l’alcool qu’il avait avalé durant la soirée. Puis il se mit à rire «Je vais essayer de me montrer un peu plus créatif la prochaine fois, promis » Et oui, il allait le faire et d’ailleurs il avait déjà une petite idée en tête mais n’était pas certain que la faire passer pour sa voisine enceinte ne serait pas quelque chose qui lui ferait plaisir. D’autant qu’elle n’avait pas l’air d’une femme enceinte. En vérité, il était évident qu’il manquait toujours cruellement de créativité et qu’encore une fois Andy arriverait à tourner la situation à son avantage mais promis, c’était la dernière fois qu’il utilisait l’excuse de la sœur. «Ou peut être que j’utiliserais simplement mon pouvoir, je n’hésiterais pas. » C’est vrai que jusqu’ici il n’avait jamais eu recours à son don pour quelque chose d’aussi puéril mais si ça pouvait l’aider à gagner alors, pourquoi pas ?


«Oh, dans ce cas je pourrais dire la même chose, pour tous les mecs que j’ai fait fuir » Sauf que c’était plutôt de la jalousie. Ces types n’étaient vraiment pas assez biens pour Andy. Il ne voyait ces types que quelques secondes mais cela était amplement suffisant pour les juger, et par conséquent il devait agir pour le bien de sa chère voisine. Et encore une fois il ne savait pas si c’était de la jalousie, et la suite n’allait pas arranger les choses : Andy venait de poser sa tête sur son épaule, Graham s’immobilisa tout à coup comme effrayé de ce contact physique qu’il avait pourtant effectué plus tôt en posant sa main sur sa cuisse. Oui mais là c’était autre chose, ce n’était pas la première fois qu’elle faisait ça mais pourtant il était toujours aussi mal à l’aise, il ne savait pas comment réagir face à une geste aussi tendre. Il ne savait même pas ce que cela voulait dire. Il n’allait cependant pas la repousser, elle semblait avoir besoin de ce contact – ou alors il n’y comprenait plus rien – «Les dernières nouvelles ? Non, rien à signaler» Non vraiment, il n’avait pas envie de lui raconter qu’il à quelques jours il était allé déjeuner chez sa mère et s’était encore disputé avec Darren sans véritable raison et que sa mère était ensuite venue se mêler à cette histoire et que cela s’était terminé par une dispute entre Darren et sa mère et Graham quittant la maison. Il avait également joué les justiciers dans les rues de San Antonio mais là, encore pas de sauvetage exceptionnel. Rien à raconter donc et en plus, il voulait vraiment savoir où était passée Andy durant ce qui lui avait paru être une éternité. «Mais raconte-moi ce que tu as sur le cœur » il lui donna un coup d’épaule, il avait bien saisi qu’il y avait quelque chose qui devait la perturber. «A qui est-ce que ton voisin doit aller casser la gueule ? »
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Mar 5 Juin - 1:19

This time I think I'm to blame
It's harder to get through the days
You get older and blame turns to shame

Alors qu’elle avait un sourire léger sur les lèvres depuis le début de leur conversation, Andy grimaça lorsque Graham mentionna son pouvoir. C’était plus fort qu’elle, elle avait toujours du mal à accepter le fait d’être aussi proche d’un mutant qui ne dissimulait pas sa vraie nature – il n’était pas pour autant un recensé, mais il était parfois si téméraire qu’elle s’inquiétait tous les jours pour lui et pour sa couverture. Elle se remémora la scène qu’elle lui avait faite le jour de sa « grande révélation » ; elle avait usé de ses talents d’actrice, à l’époque, non seulement pour feindre l’étonnement – parce qu’elle s’était doutée dès les premiers instants du double jeu de son camarade – mais surtout pour ne pas laisser transparaître un seul instant qu’elle partageait un secret semblable. Jusqu’à preuve du contraire, Graham semblait ne pas la soupçonner, même si elle pouvait sentir qu’il souhaitait réellement qu’elle fasse partie des siens. En de très rares occasions, elle imaginait comment seraient les choses si elle décidait de tout lui dévoiler. Toutefois, cela n’était pas une option et ne le serait jamais. Ce n’était pas une question de confiance, elle lui aurait confié sa vie, plutôt de peur. Révéler à quelqu’un sa condition de mutante revenait à lui offrir le pouvoir de la faire chanter à loisir, de la menacer, de lui faire du mal ; révéler à quelqu’un sa condition signifiait lui conférer une place de choix dans sa vie. Et elle n’était nullement prête à donner ce droit à qui que ce fut. Les seuls au courant étaient ceux qui l’avaient vu grandir, et ils étaient déjà bien trop nombreux pour leur sécurité à tous. Ils étaient également tous des membres de sa famille et partageaient un don semblable au sien, ce qui annihilait toute menace en provenance de leur parti.

Elle resserra son étreinte sur le bras de son compagnon de la soirée. Il mentait, il devait avoir mille et une histoires à raconter, comme il en avait toujours. Si elle faisait le plus souvent semblant d’être ennuyée par ses récits abracadabrantesques, elle les adorait autant que les contes que lui racontait sa mère pendant son enfance. Graham était ce preux chevalier dont on lui avait narré les exploits des années durant, à ceci près qu’il était réel. Et terriblement arrogant.
« Mon cœur…, » commença-t-elle d’une voix lointaine. La bonne humeur qui l’avait accompagnée depuis son entrée s’évapora en l’espace d’un quart de seconde. Il venait de mettre le doigt sur son plus gros problème, sur la raison de sa venue jusqu’ici, sur l’explication à son besoin de réconfort. Elle se mordilla la lèvre inférieure tandis que la voix tonitruante de Georgia s’imposait à nouveau à ses oreilles. Les insultes reçues lui laissaient, encore aujourd’hui, un goût amer dans la bouche. Elle s’en voulait de ne pas avoir pris le temps de défendre son honneur, d’avoir fui comme si elle avait été la réelle coupable. Alors qu’elle n’y était pour rien. Elle n’avait pas voulu de toute cette situation, elle avait simplement suivi son instinct en se liant d’amitié avec un homme qui frôlait la perfection. Elle n’avait jamais cherché plus, elle n’était pas à blâmer. Pourtant, elle ne parvenait pas à se persuader de cela malgré tous les efforts déployés. Elle avait eu le malheur de songer – d’espérer – que quelque chose était possible entre Lorcan et elle, que leur connexion devait à un peu plus qu’une banale amitié ; et cette pensée, qui allait à l’encontre de tout ce qui faisait d’elle la personne qu’elle était, la hantait comme si elle avait eu le pouvoir d’engendrer les complications qui avaient suivi. Son raisonnement était beaucoup trop poussé, elle en avait conscience, elle cherchait des explications bien trop approfondies pour justifier une simple preuve d’humanité. Elle devait assumer d’avoir été attirée par Lorcan tout en sachant qu’il « appartenait » à une autre ; ce qui était une chose très difficile à faire, puisqu’un tel état d’esprit – convoitait l’homme d’autrui – la rapprochait de la personne qu’elle méprisait le plus au monde.

Andy se redressa dans un soupir las.
« Il y a bien quelque chose que tu pourrais faire… » Elle fit la moue en tournant son visage vers lui. Non, ce n’était pas une bonne idée. Elle ne pouvait pas lui demander d’aller faire du gringue à Georgia simplement pour vérifier qu’elle avait bel et bien le droit de donner des leçons de morale. C’était stupide. Elle le dévisagea longuement dans le silence le plus total durant près d’une minute. La solution n’était peut-être pas de s’en prendre à l’un des membres du couple qui la rendait présentement folle, en fin de compte. Le problème était bien de son propre fait, elle devait se les ôter de la tête, et elle connaissait un jeune homme qui avait justement le profil pour ce faire. Avec lenteur et précaution, elle pencha le haut de son corps de telle sorte à rapprocher leurs visages. Elle n’attendit pas une réaction, positive ou négative, de sa part et fit entrer leurs lèvres en contact dans un calme, délicat et prudent baiser. Un frisson lui parcourut l’échine comme victime d’une décharge électrique, elle sentit son cœur battre la chamade dans sa poitrine tandis que sa main se posait sur celle de Graham. Ses lèvres étaient d’une douceur à se damner, elle comprenait désormais pourquoi toutes ses femmes se bousculaient pour ses faveurs. L’échange dura bien plus longtemps qu’elle ne l’aurait prémédité car ce ne fut qu’au bout de deux minutes que des traits familiers s’immiscèrent dans son esprit, perturbant ce délectable moment. « Ce n’est pas bien, » murmura-t-elle en regrettant instantanément de l’avoir échappé. Elle se recula et se prit la tête dans les mains, choquée tant par ce qu’elle venait de dire que par ce qu’elle avait fait. « Je suis désolée, je ne voulais pas… » Elle balbutiait sans oser le regarder, trop honteuse pour affronter ses yeux bleus. « C’est toute cette histoire avec Lorcan qui m’a perturbée, ça m’a fait plus de mal que je ne le pensais et… Je n’aurais jamais dû le faire ressortir sur toi. » Elle parvint enfin à relever son visage vers celui de son voisin et ami. « Pardonne-moi. »

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Lun 11 Juin - 16:17

La conversation prit soudain un tournant beaucoup plus sérieux. Certes, il l’avait bien cherché en demandant à la demoiselle ce qui la perturbait tant mais il ne s’attendait pas à un tel sérieux de sa part. Graham se sentait perdu, ne sachant pas quoi faire, ni comment la rassurer ce n’était décidément pas son domaine de prédilection. Il pouvait à la rigueur essayer de la faire sourire pour tenter de faire oublier ses soucis mais là encore, il voyait bien que ce n’était pas le moment et que Andy était à la recherche d’autre chose, elle avait peut être besoin d’être écoutée et il espérait que ce soit le cas et qu’il n’aurait pas à donner de conseils car là il serait bel et bien perdu, il serait bien incapable de donner le moindre conseil. Puis Graham commença à se demander si quelqu’un n’avait pas fait du mal à sa voisine favorite, après tout peut être était-elle sous le choc, peut être avait-elle été agressée et avait encore du mal à parler. Il était en train d’imaginer toutes sortes de scénarios catastrophe où Andy était la victime et où lui se voyait en train d’aller la venger. Et lorsqu’elle commença à parler pour simplement dire ‘mon cœur’ il commençait alors à envisager la possibilité qu’elle pouvait être malade et, oui, il devenait un peu fou à attendre une vraie réponse de la part de la brunette au point qu’il était sur le point de la bousculer pour obtenir quelque chose de sa part.

Puis, enfin, elle se décida à parler et Graham était à l’écoute. Plus que jamais.
«Oui, demande-moi ce que tu veux » Et il ferait absolument tout ce qu’elle désirait. Le jeune homme savait qu’il possédait tout un tas de défauts, il n’avait pas besoin des autres pour savoir ça, mais il y avait bien une chose qui mettait tout le monde d’accord : c’était un ami fidèle, prêt à tout pour ceux qui lui étaient proche. Alors lorsqu’il promettait à quelqu’un de faire quelque chose, n’importe quoi, il le ferait sans hésiter. Et il attendait qu’enfin Andy se déicide à lui dire ce qu’il devait faire pour la soulager mais elle n’en fit rien et se contenta de le regarder, ce qui le mit incroyablement mal à l’aise. Les longs silences, il n’aimait pas ça car persuadé que rien de bon ne pouvait suivre à de tels silences. Mais c’était peut être aussi parce qu’il avait l’habitude de bruits à cause de sa mère de Darren et qu’il n’avait plus l’habitude au silence. Et c’est alors qu’il allait entamer une nouvelle conversation qu’il vit la brunette s’approcher lentement vers lui. Il savait pertinemment ce qui allait se produire si elle continuait de rapprocher son visage du sien et si lui continuait à ne pas reculer le sien mais d’ordinaire, c’était lui qui faisait le premier pas vers les différentes filles qu’il ramenait chez lui. Pas le temps de réagir que leurs lèvres se touchèrent. Etrange au début, il n’avait jamais envisagé le fait d’embrasser Andy même si nombreuses étaient les fois où il avait gentiment flirté avec elle mais il devait admettre que passé ce sentiment bizarre, le contact se révéla être plus qu’agréable. Il se laissa même emporté par ce moment en faisant glisser une main sous le t-shirt de la jeune femme.
Mais il ne pouvait s’empêcher de se demander pourquoi ce baiser ? Pourquoi ce soir ? Quelque chose n’allait pas et il ne pouvait pas s’enlever cette idée de la tête. Il ne savait pas comment réagir, comment se comporter lorsque ce baiser prendrait fin.

Puis Andy mit fin à ce contact tout en lui murmurant que ce n’était pas bien. Graham, lui, était encore un peu sous le choc si bien qu’il se mit à bafouiller quelques âneries
«J’ai trouvé ça agréable moi » tentative foireuse pour la faire sourire. Et voilà qu’il était parti pour lui dire que ce n’était pas grave, qu’il était prêt à oublier ce baiser si ça pouvait l’aider à la faire se sentir mieux, mais avant qu’il n’ai pu dire quoi que ce soit elle prononça un nom qui le fit se redresser d’un seul coup. «Lorcan ? » Encore ce type que Graham ne pouvait pas supporter ? Avec un nom pareil, il ne pouvait que se souvenir de lui. Depuis leur première rencontre, le jeune Wade avait tout de suite senti quelque chose d’étrange en lui…D’accord, il n’avait rien senti, il n’avait juste pas apprécié ce petit air supérieur qu’il affichait sans cesse et aujourd’hui, Andy venait de lui donner une raison supplémentaire pour détester ce gars-là : il lui avait visiblement fait quelque chose. «Qu’est ce qu’il t’a fait ? » Il serra la mâchoire, prêt à partir s’il le fallait, prêt à aller lui casser la gueule. Il posa une main sur l’épaule de la jeune femme afin de la rassurer et de lui faire comprendre qu’il était là pour elle et que tout irait bien. «Ne t’excuse pas, ce type va payer pour ce qu’il t’a fait. Depuis le moment où je l’ai vu, j’ai su que ce n’était pas quelqu’un de bien. Pourquoi as-tu continué à le voir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Andromache Baxter
I'm not a fool out
So you better run and hide

avatar

Nombre de messages : 3050
Age : 28
Adresse : R 1002 Wetmore Road.
Date d'inscription : 29/12/2008

I'm (no) Superman
power: ↪ force fields and psyonic bolts.
remember me:

MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   Jeu 14 Juin - 0:26

Sitôt ses lèvres décollées de celles de Graham, Andy réalisa qu’elle avait fait une bêtise. Une grosse bêtise. Son cœur battait la chamade, preuve que cet échange ne la laissait pas indifférente. Il n’y avait pas que de la gêne dans cette réaction, elle sentait un fourmillement étrange mais familier dans son ventre, ce qui la perturba au plus haut point. Toutefois, ce ressenti ne dura pas ; le temps de se redresser et d’instaurer une nouvelle distance de sécurité entre leurs deux visages, elle avait déjà retrouvé la tête froide et elle gratifia son voisin d’un sourire en demi-teinte. Il avait l’habitude de ce genre de situation, les « échanges salivaires » n’avaient rien d’extraordinaire dans son quotidien, elle devait agir comme si ce n’était rien, qu’un détail, qu’une erreur de parcours et surtout ne pas en faire tout un plat pour que la pilule ne soit pas difficile à avaler. Elle tenait beaucoup trop à leur amitié pour risquer d’immiscer un froid entre eux, elle ne supporterait pas de perdre son plus précieux allié à cause d’une faiblesse passagère. Car c’était bien ce que c’était, une baisse de régime, un cruel manque d’affection qui s’était répercuté sur lui. Elle espérait de tout son cœur qu’il ne s’imaginerait pas des montagnes à partir de ce « simple » baiser. Fort heureusement, il parut bien prendre la chose puisqu’il en plaisanta – du moins, elle supposa qu’il s’agissait d’une plaisanterie de sa part – et elle sourit de bon cœur. Elle faillit lui répondre qu’elle avait beaucoup apprécié, elle aussi, mais c’aurait été pousser le bouchon un peu trop loin. Les limites, il fallait respecter ces fichues limites qu’elle avait déjà dépassées.

Désormais installée sur le rebord du canapé, Andy récupéra sa bouteille qu’elle vida d’un trait, déglutissant bruyamment face au changement d’attitude de la part de Graham. Il n’était plus le doux compagnon qu’il avait été une minute auparavant, il s’était transformé en ami inquiet voire possessif. Elle n’était pas sans savoir que le jeune Wade portait autant d’affection à l’égard de Lorcan qu’elle-même appréciait Georgia – même si, pour sa défense, elle avait fait des efforts avant que cette dernière ne la traite de traînée – et amener son prénom de la sorte, après une telle démonstration d’affection, n’apporterait rien de bon. Elle aurait dû se taire, elle aurait dû ne jamais penser à lui, mais cela avait été plus fort qu’elle. Maintenant elle se retrouvait avec toutes ces interrogations et ces émotions contradictoires, beaucoup trop de sentiments qu’elle n’était présentement pas en mesure de gérer. Elle voulait juste oublier ses soucis pour quelques heures et passer une bonne soirée en compagnie de son ami. Elle posa une main sur la sienne et la caressa lentement du bout des doigts sans se retourner. Elle joua en silence avec sa bouteille avant de la reposer sur la table basse.
« Il ne m’a rien fait, » commença-t-elle, d’une petite voix honteuse. « Enfin, pas directement, c’est moi qui m’étais imaginé des choses qui n’avaient pas lieu d’être. Maintenant je suis considérée comme la briseuse de ménage qui se retrouve sur le carreau. » Elle tourna son visage dans sa direction, un sourire triste sur les lèvres. « Tu sais que c’est un rôle dont j’ai horreur, à cause de ce qui est arrivé à mes parents. » Graham était le seul à qui elle s’était un tant soit peu confié à ce sujet, elle n’était pas entrée dans les détails mais il était au courant que son père était parti avec une autre, les laissant, elle et sa mère, seules du jour au lendemain. Il avait toujours semblé comprendre et compatir. Elle ferma les yeux en se mordillant la lèvre inférieure, elle déraillait complètement. Elle n’avait jamais été la briseuse de ménage que dans la tête de Georgia, elle devait se souvenir qu’elle n’avait jamais été en tort dans cette histoire et qu’elle n’avait jamais tenté de lui enlever Lorcan. Jusqu’à cinq minutes auparavant, elle n’avait rien fait de répressible.

« Je n’ai pas envie d’en parler ce soir, » reprit-elle en ramenant ses jambes sous elle. Elle revint se blottir contre Graham et posa une main sur son torse, comme pour lui intimer de se calmer, pour le rassurer sur le fait que rien de grave n’était arrivé. Toutefois, elle n’avait pas conscience du mal qui était déjà fait, que l’esprit du jeune homme bouillonnait de mille et une interrogations dont elle ne donnerait jamais les réponses, et qui grandirait en une flamme dévastatrice au fil des jours qui suivraient. Non, elle n’avait pas conscience des conséquences de son égoïsme passager. Mais elle ne tarderait pas à en subir les répercussions. Et à s’en mordre les doigts.

[TOPIC TERMINE]

_________________


    Is this the end of everything? or just a new way to bleed?
    « So go and tell all your friends that I’m a failure underneath if it makes you feel like a bigger man. But it’s my heart, my life that you're calling a lie. I’ve played this game before and I can’t take anymore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hawkeye-barton.tumblr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It's always darkest before the dawn [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's always darkest before the dawn [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres de la Golden Dawn
» La sonde américaine Dawn s'approche de l'astéroîde Vesta
» La Golden Dawn
» Darkest Hour (le mode de Red Orchestra)
» La NASA teste les moteurs ioniques de la sonde Dawn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last Action Heroes :: DOWNTOWN SAN ANTONIO :: LAUGHLIN BUILDING :: A 302-
Sauter vers: